BFM Business

Comment désendetter la France en réduisant la surface des bureaux des fonctionnaires

L'Etat possède 100millions de m2 de bureaux

L'Etat possède 100millions de m2 de bureaux - Guillaume Souvan-AFP

L'État fait la chasse aux surfaces inutiles dans les administrations: chaque fonctionnaire ne devrait disposer que de 12 mètres carrés pour travailler. Objectif: vendre des bâtiments administratifs.... pour désendetter l'État !

Vous ne voyez peut-être pas spontanément le rapport entre les 1.600 milliards de dette de l’État et le nombre de mètres carrés dont chaque fonctionnaire dispose pour travailler.

Et bien il y en a pourtant un. Car à chaque fois que l’État cède un bien immobilier qui lui appartient - et il possède 100 millions de m² de bureaux et autres locaux - une partie du produit de la vente va obligatoirement au désendettement.

Cette pratique poursuivie depuis plusieurs années a été inscrite noir sur blanc dans le budget 2015, comme le rappelle le rapport budgétaire du député Jean-Louis Dumont mis en ligne cette semaine. 

Libérer des surfaces pour les vendre

Cette année, l’État doit vendre – certains diront brader - pour 520 millions d’euros de bâtiments administratifs sur un patrimoine total estimé par les Domaines à 58 milliards d'euros. Il s'agit aussi bien d'immeubles dans Paris ou dans les préfectures que d'appartements de fonction de diplomates à l’étranger comme à New York. Sur ces 520 millions, plus de 100 millions iront au désendettement. C’est une goutte d’eau, mais quand même. 

D’où l’intérêt de l’État de vendre le maximum d’immeubles de bureaux. Et d’où l’objectif de réduire le nombre de mètres carrés attribués à chaque fonctionnaire pour libérer des surfaces pouvant ensuite être vendues. CQFD. 

10 à 15 m² dans le privé

En 2009, le gouvernement Fillon avait instauré une norme de 12 m² par fonctionnaire. Il s'agit évidemment d'une moyenne, plus facile à respecter dans les locaux neufs que dans les ministères parisiens installés dans de vieux hôtels particuliers. Actuellement, la moyenne est de 14 m² dans les services de l'Etat. 

En comparaison, le ministère du Travail recommande aux entreprises une norme minimale de 10 m² par salarié travaillant dans un bureau individuel, et 15 m² dans un open space

Bons et mauvais élèves

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il y a de la résistance dans les rangs des fonctionnaires. Il y a les bons élèves comme les Affaires étrangères, l’Intérieur où chaque agent travaille dans moins de 12 m² en moyenne. Ou la Défense, où le nouveau Balardgone inauguré jeudi respecte la norme pour ses 9.000 agents. 

Mais en face, note le député Jean-Louis Dumont, il y a les mauvais élèves comme les services du Premier ministre, la Culture ou la Santé ou les 12 m² sont loin d’être respectés.

Mais le pompon, ce sont les autorités administratives indépendantes (AAI) comme le CSA, l’Arcep ou l'Autorité de régulation des activités ferroviaires dont les collaborateurs sont très au large dans des locaux souvent loués à prix d’or.

Le gouvernement a d'ailleurs en projet de les regrouper l'an prochain dans un bâtiment qui lui appartient situé face aux Invalides dans le VIIème arrondissement de Paris. La norme des 12 m² devrait y être respectée....

L'immobilier de l'État en chiffres

> 100 millions de m² de bureaux et de locaux

> 58 milliards d'euros de valeur estimée

> 520 millions d'euros de cession de bâtiments attendus en 2015 et 500 millions en 2016

Source: rapport J-L Dumont, Assemblée nationale octobre 2015

P.C