BFM Business

Cazeneuve: "Nous n'avons pas besoin de multiplier les taxes"

Bernard Cazeneuve était l'invité de BFMT et RMC, ce mardi 1er octobre

Bernard Cazeneuve était l'invité de BFMT et RMC, ce mardi 1er octobre - -

Le ministre du Budget était l'invité de BFMTV et RMC ce mardi 1er octobre. Il est notamment revenu sur plusieurs points à débattre dans le cadre du Budget 2014.

Le Budget 2014 va désormais être débattu par les parlementaires. Le projet de loi de finances pour 2014 sera ainsi examiné à partir du 15 octobre prochain à l'Assemblée nationale.

Ce mardi 1er octobre, le ministre du Budget Bernard Cazeneuve était l'invité de BFMTV et RMC. L'occasion pour lui de revenir sur plusieurs points en discussion du Budget 2014.

> Pouvoir d'achat

Interrogé sur le pouvoir d'achat Bernard Cazeneuve a rappelé que le gouvernement a déjà pris des mesures. "Tout ce qui permet aux Français modestes de ne pas rentrer dans l'impôt doit être fait", a-t-il estimé, rappelant la nouvelle décote mise en place par le gouvernement pour éviter aux foyers ayant de faibles ressources de payer l'impôt sur le revenu.

Dans cette logique, il a indiqué être personnellement favorable à une augmentation du revenu fiscal de référence pour permettre aux Français les plus modestes de sortir de l'impôt sur le revenu.

> TVA sur les transports

Interrogé sur une éventuelle baisse de la TVA sur les transports communs, il a déclaré que "nous ne pouvons baisser tous les taux de TVA d'un coup". "Sur le transport je rappelle que le CICE (Crédit d'impôt compétitivité pour l'emploi, ndlr) a diminué le coût pour le secteur des transports", a-t-il fait valoir. Il a estimé que cet avantage doit se répercuter dans le prix du billet.

> Taxes sur les boissons énergisantes

Bernard Cazeneuve a affirmé ne pas être favorable à une telle taxe, qui pourrait être mise en place lors de l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale. " Je ne suis pas favorable à ce que l'on rajoute des taxes aux taxes. Il y a mille manières de contrôler la consommation de produits qui peuvent nuire à la santé et Nous n'avons pas besoin de multiplier les taxes pour atteindre [cet] objectif".

> Réforme des retraites

"Nous sommes dans une situation où il faut redresser les comptes des retraites". Autrement "nous ne pourrons garantir l'avenir du système par répartition", a averti le ministre. "Contrairement à d'autres pays, nous ne remettons pas en cause l'indexation des retraites sur l'inflation, a-t-il argué rappelant que l'effort que "nous demandons est un différé de la revalorisation des retraites de six mois".

J.M.