BFM Business

22 milliards d'euros d'économies nouvelles nécessaires en 2013 selon l'OFCE

Pour l'OFCE, la France risque la récession en 2013.

Pour l'OFCE, la France risque la récession en 2013. - -

L'institut de conjoncture estime que tenir l'objectif de 3% de déficit en 2013 obligera l'Etat à réaliser 22 milliards d'euros d'économies supplémentaires l'an prochain. Entrainant la France dans une spirale de récession.

François Fillon, et les responsables de l'OFCE, sont d'accord sur un point : la France risque la récession en 2013. Pour l'ancien Premier ministre UMP, il faut en chercher la cause dans le "matraquage fiscal" imposé par François Hollande et Jean-Marc Ayrault.

L'institut de conjoncture, traditionnellement marqué à gauche, anticipe, lui, une croissance nulle l'an prochain en raison de la volonté politique de tenir à tout prix l'objectif de réduction du déficit à 3%. "L'obstination des gouvernements à réduire le déficit débouche sur une spirale de rigueur et de récession", affirme l'OFCE qui a présenté, jeudi 18 octobre, ses prévisions de croissance pour 2013.

Impact récessif

L'OFCE considère que le gouvernement sous-estime l'impact récessif des efforts budgétaires qu'il réclame : 26 milliards d'euros de prélèvements supplémentaires et 10 milliards d'économie une fois votée le budget 2013.

Selon l'institut, cette rigueur va limiter la croissance à zero, comme le prévoit également BFM Business, et donc rendre plus compliqué la réduction du déficit budgétaire. Au final, le déficit ne sera pas de 3% comme l'annonce le gouvernement mais de 3,5% avec cette croissance nulle, estime donc l'OCDE.

"Si le gouvernement tenait coûte que coûte à respecter son engagement de déficit à 3%, cela nécessiterait l'adoption d'un nouveau plan de restriction de 22 milliards d'euros", affirme l'OFCE. En clair, il faudra vraiment couper dans les dépenses d'intervention de l'Etat ou augmenter à nouveau les prélèvements....

Finalement, l'institut ne dit pas des choses très différentes de la Cour des comptes dans son rapport de mai dernier sur les perspectives des finances publiques.

BFM Business