BFM Business

1,25 milliard d'euros de dépenses militaires extérieures en 2013

L'armée française au Mali, déployée lors de l'opération Serval

L'armée française au Mali, déployée lors de l'opération Serval - -

Le ministre du budget, Bernard Cazeneuve, a annoncé, ce jeudi 7 octobre, que l'Etat allait devoir compenser des surcoûts de 600 millions d'euros sur les opérations militaires extérieures. Les dépenses liées à l'intervention Serval ont fait doubler les prévisions budgétaires.

Bernard Cazeneuve, le ministre du budget a annoncé, ce 7 novembre, qu’il y aurait un surcoût de 600 millions d’euros sur le budget des opérations militaires extérieures (Opex) en 2013. Selon lui, les surcoûts seront tous « compensés à l'euro près, par autant d'annulations réparties sur l'ensemble des ministères ».

Le rapport sur le budget opérationnel de la Défense présenté par le député PS Jean Launay à l’Assemblée Nationale, estimait déjà le surcoût à « nettement plus de 500 millions d'euros ».

En fait, les Opex coûteront au total 1,25 milliard d’euros en 2013. Soit près du double de ce qui était inscrit initialement dans la loi de finances pour 2013.

L'opération Serval au Mali a fait exploser les coûts

Le surcoût s’explique en large partie par le coût de l’intervention au Mali, lancée en début d’année. L’opération est évaluée à 646 millions d’euros par le rapport parlementaire. Cette somme représente 51% des dépenses des opérations extérieures, tous théâtres confondus.

« Engagés dans des conditions climatiques et de nature de terrain extrêmes, le matériel comme le terrain auront été très fortement sollicités », explique Jean Launay.

Le projet de loi des finances 2014 fixe à 450 millions d’euros le budget initial des opérations extérieures, puisqu’il prévoit que la France devrait continuer son retrait d’Afghanistan et diminuer sa présence au Mali.

Mais le député Jean Launay rappelle que depuis 2008, le budget des Opex a toujours été largement dépassé. Selon lui, la prévision pour 2014 « semble très optimiste au regard des tensions actuelles, notamment en Afrique centrale ». L’année dernière, il faisait exactement la même remarque, mais en mettant en garde contre un conflit militaire au Sahel…

Joseph Sotinel