BFM Business

En Pologne, les commerces n'ouvriront plus le dimanche

Jusqu'en 2020, une période de transition permettra encore aux boutiques d'ouvrir les premiers et derniers dimanches de chaque mois en Pologne.

Jusqu'en 2020, une période de transition permettra encore aux boutiques d'ouvrir les premiers et derniers dimanches de chaque mois en Pologne. - Janek Skarzynski-AFP

Une nouvelle loi du pouvoir conservateur restreint progressivement les ouvertures dominicales des commerces polonais. En 2020, plus aucun magasin n'ouvrira le dimanche alors que toutes les grandes surfaces ouvraient 7j/7 jusqu'à présent.

À rebours de la plupart des pays de l'UE dont la France, la Pologne revient en arrière sur l'ouverture des commerces le dimanche. C'est la conséquence directe d'une législation voulue par gouvernement conservateur du parti Droit et justice (PiS) au pouvoir dans le pays depuis l'automne 2015.

Cette loi qui interdit l'ouverture dominicale des commerces honore une promesse faite à la centrale syndicale Solidarnosc et à la puissante Église catholique polonaise. Logiquement, le site de média orienté à droite Wpolityce a salué les nouvelles dispositions: "l'assainissement de l'État n'est pas une chose simple. Le dimanche retrouve son véritable éclat, l'éclat divin".

Jusqu'en 2020, deux dimanche puis un seul, autorisés à l'ouverture

La loi entre en fait progressivement dans ce pays de 38 millions d'habitants. Le 11 mars dernier fut le premier dimanche sans grandes surfaces ouvertes alors qu'elles bénéficiaient d'une réglementation libérale autorisant la plupart des magasins à ouvrir 7 jours sur 7, voire 24 heures sur 24.

Jusqu'à la fin de 2018, les magasins seront ouverts seulement le premier et le dernier dimanche du mois. A partir du 1er janvier 2019, seul le dernier dimanche du mois échappera à l'interdiction et en 2020 le commerce dominical sera complètement supprimé.

La loi prévoit quelques aménagements: le commerce est autorisé dans les stations services, les gares, les pharmacies, les boulangeries et les pâtisseries ainsi que la livraison des achats en ligne. Tous ces petits commerces ont droit à ces dérogations, à condition que le propriétaire tienne la caisse le dimanche.

En revanche, la mesure d'interdiction progressive d'ouverture dominicale frappe directement les grandes surfaces qui emploient nombre de salariés et qui sont souvent d'origine étrangère comme Auchan, Carrefour ou Zara.

L'opposition centriste et libérale fait valoir que le dimanche est le jour où les commerçants polonais dans les régions frontalières reçoivent beaucoup de clients venant des pays baltes, de Russie, de Biélorussie ou d'Ukraine, à l'est, d'Allemagne à l'ouest et de la République tchèque au sud. Et rappelle que la Hongrie, qui après avoir fermé les magasins le dimanche est revenue sur sa décision.

Frédéric Bergé