BFM Business

Emploi: Mélenchon craint "une capitulation du monde ouvrier"

Jean-Luc Mélenchon, le leader du Front de gauche, était l'invité de BFM TV-RMC ce mercredi 9 janvier.

Jean-Luc Mélenchon, le leader du Front de gauche, était l'invité de BFM TV-RMC ce mercredi 9 janvier. - -

Jean-Luc Mélenchon, le leader du Front de gauche, était l'invité de BFM TV-RMC ce mercredi 9 janvier. A propos des négociations sur l'emploi, il a parlé d'une possible "guerre" politique à venir.

Visiblement requinqué pour aborder 2013, Jean-Luc Mélenchon, invité de BFM TV-RMC ce mercredi 9 janvier, n'a rien perdu de sa pugnacité. Après avoir rapidement abordé l'affaire Cahuzac, le leader du Front de gauche a exprimé sa préoccupation concernant les négociations sur l'emploi, qui reprendront jeudi entre les syndicats et le patronat. "Si un accord était trouvé sur la base du document initial qui est celui du Medef, ce serait une capitulation du monde ouvrier sans précédent de toute l'histoire de la gauche", s'est désolé l'ex-candidat à la présidentielle.

L'organisation patronale n'a pas été la seule visée par sa diatribe. Le président de la République en a également fait les frais. "François Hollande continue de penser qu'il va mettre dans la constitution une nouveauté absolument incroyable qui va provoquer une guerre politique de première grandeur s'il s'obstine. Dorénavant, un accord entre un syndicat ouvrier et un syndicat patronal serait d'un niveau supérieur à la loi et au gouvernement. S'il fait ça, c'est la fin de la République, et nous ne le tolèrerons pas.(...) S'il fait ça, c'est la guerre."

"Il faut rétablir la hiérarchie des normes"

Si Jean-Luc Mélenchon ne se montre pas tendre avec l'actuel chef de l'Etat, il n'oublie pas pour autant son prédécesseur: "François Hollande et Jean-Marc Ayrault auraient dû, au Parlement, revenir sur une question terrible: Sarkozy a renversé la hiérarchie des normes. Aujourd'hui, un accord dans une entreprise peut-être plus fort qu'un accord de branche et plus fort que la loi. Il faut absolument rétablir la hiérarchie des normes! Sinon, les ouvriers sont abandonnés au rapport de force, entreprise par entreprise.(...) Ce qui permet d'organiser la production stablement, c'est un cadre juridique stable, pas qui se modifie tous les jours au gré des rapports de force à l'intérieur des entreprises."

Yann Duvert