BFM Business

Croissance : +0,3% au troisième trimestre, selon la Banque de France

L’institution table donc dans sa première estimation sur une légère accélération de l’activité après les 0,2% entre avril et juin. La consommation des ménages est la clé.

Moins pénalisée par la guerre commerciale, la France devrait voir la croissance de son économie accélérer au troisième trimestre, selon la Banque de France. Dans sa première estimation, l’institution table sur une progression de 0,3% après 0,2% au deuxième trimestre et 0,3% au premier. Une prévision en ligne avec celle de l’Insee.

L’activité devrait enfin être dopée par la consommation des ménages, dopée par les gains de pouvoir d’achat liés aux mesures d’urgence post-Gilets jaunes. Alors qu’ils ont jusqu’à aujourd’hui préféré épargner, les derniers indicateurs montrent que la proportion de ménages estimant qu’il est opportun de faire des achats importants augmente pour le septième mois consécutif.

Dans le même temps, la part des ménages estimant qu’il est opportun d’épargner est quasi stable

Reste à savoir si les incertitudes mondiales et le ralentissement européen ne vont pas modifier ce scénario. « Le contexte mondial n'est pas bon, c'est clair. Mais il y a des ressorts internes en France » qui permettent à l'économie hexagonale de « résister », estime Eric Heyer, chercheur à l'OFCE.

Bonne santé du bâtiment

Autres signaux positifs, l'enquête de la Banque de France pour le mois de juillet met en évidence une stabilité des indicateurs du climat des affaires quel que soit le secteur d'activité pris en compte : à 95 dans l'industrie, à 100 dans les services et à 104 dans le bâtiment, dans les trois cas sans changement par rapport à juin.

A ce niveau, l'indicateur du climat des affaires dans l'industrie, qui avait chuté de quatre points en juin, s'est maintenu le mois dernier à son plus bas niveau depuis juillet 2013. Dans ce secteur, les chefs d'entreprise interrogés évoquent une progression modérée de la production en juillet et tablent sur une croissance comparable au cours du mois d'août.

Dans les services, le mois de juillet a été marqué par une légère accélération de l'activité et les chefs d'entreprise sondés par la Banque de France prévoient que la croissance de l'activité se poursuive au même rythme en août.

Dans le bâtiment, l'activité a rebondi le mois dernier, à la fois dans le gros oeuvre et le second oeuvre, souligne la BdF, en précisant que les carnets de commande continuent de se garnir et que les prix des devis augmentent.

Rappelons que le gouvernement prévoit une croissance de 1,4% pour 2019, en repli de 0,3 point par rapport à son scénario initial.

Selon la Banque de France, mais aussi selon l'OCDE, le FMI et la Commission européenne, l'activité économique devrait progresser de 1,3% cette année, contre 1,7% en 2018.

la rédaction