BFM Business

Compétitivité, coût du travail: la France a encore beaucoup à faire pour Olli Rehn

La France va dans la bonne direction en matière de réformes, mais le chemin est encore long selon Olli Rehn.

La France va dans la bonne direction en matière de réformes, mais le chemin est encore long selon Olli Rehn. - -

Le commissaire européen aux Affaires économiques a estimé, ce 13 septembre, que la France faisait des avancées en matière de réformes. Mais le pays doit encore progresser pour améliorer sa compétitivité et créer des emplois.

La France a encore beaucoup à faire en termes de réformes économiques, voilà en substance le jugement d’Olli Rehn, commissaire européen aux Affaires économiques.

"La France va dans la bonne direction en matière de réformes", a dit M. Rehn à son arrivée à une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Vilnius. Et de poursuivre " mais il y a encore beaucoup à faire". 

"Il reste beaucoup à faire pour rétablir la compétitivité, créer des fondations solides pour la croissance économique et la création d'emplois", a-t-il énuméré. Des préconisations qu'il a déjà maintes fois formulées, notamment à la fin du mois d'août, lors d'une conférence économique en Autriche.

La réforme des retraites risque de peser sur le coût du travail

La Commission européenne a également hâte d'entendre de la part du ministre français des Finances, Pierre Moscovici, "de quelle manière il entend compenser la hausse du coût du travail liée à la réforme des retraites", a-t-il ajouté.

Pour mémoire, le gouvernement Ayrault a décidé d'augmenter les cotisations sociales payées par les employeurs et les salariés pour financer les retraites.

Un choix qui est à l'opposé des recommandations faites au printemps par la Commission européenne. Elle avait insisté sur la nécessité d'éviter de recourir à une hausse des cotisations patronales, estimant qu'il fallait au contraire réduire le coût du travail.

Le gouvernement français a promis que ces hausses de charges seraient compensées pour les employeurs, sans dévoiler dans le détail les mesures qu'il comptait prendre à cet effet.

C.C. avec AFP