BFM Business

Chômage: les jeunes diplômés français tentent l'aventure chinoise

Shanghai est la ville qui voit affluer le plus d'expatriés français

Shanghai est la ville qui voit affluer le plus d'expatriés français - -

Face aux difficultés qu’ils rencontrent en France, les jeunes Français sortis d’école font le pari de l’exode en Chine. Un pari pas si évident, la Chine n’étant pas non plus un eldorado. Reportage pour BFMTV : Delphine Sureau et Baptiste Fallevoz

Les jeunes diplômés ont de plus en plus de difficultés à trouver un emploi stable. Ils sont donc nombreux à s'exiler, pour tenter leur chance ailleurs, notamment en Chine. Sur le papier, l’idée a du sens: le taux de chômage s’élève à 4,1%, selon le FMI, contre plus de 10% en France.

Shanghai, capitale économique du pays voit ainsi débarquer les jeunes demandeurs d'emploi par centaines. Selon les chiffres du Consulat de France à Shanghai, la ville compte 12 000 inscrits parmi lesquels 41% ont moins de 25 ans ?

Noémie Farigoules fait partie des nouveaux arrivants. Elle espère ainsi trouver un premier emploi dans le secteur du luxe . "En France , c’était compliqué, les postes nécessitaient entre deux et cinq ans d’expérience, ce qui, à la sortie de l’école, est impossible".

"Il faut développer un réseau"

Certains y arrivent, c’est le cas de Baptiste, conseiller en gestion de patrimoine, qui précise bien qu’en Chine "il ne faut pas s’attendre à être servi sur un plateau d’argent. Il faut sortir, développer et entretenir un réseau".

Car la Chine n’est pas non plus un eldorado. "La main d’œuvre en Chine est de plus en plus formée, et a souvent étudié aux Etats-Unis ou en Europe. Et la priorité pour le gouvernement chinois est évidemment de placer en priorité ses ressortissants nationaux", explique ainsi Stéphanie Devel , président de la jeune chambre économique française de Shanghai.

La difficulté, pour les jeunes Français est de présenter un diplôme suffisamment élevé pour éviter d’obtenir un travail trop modeste, ou de retourner à la case départ.


BFMTV et BFMbusiness.com