BFM Business

Chômage : le gouvernement prévoit un recul en fin d’année

Comme promis par François Hollande pendant sa campagne, Bercy prévoit à son tour une inversion de la courbe du chômage au dernier trimestre 2013.

Comme promis par François Hollande pendant sa campagne, Bercy prévoit à son tour une inversion de la courbe du chômage au dernier trimestre 2013. - -

Le gouvernement prévoit une reprise des créations d'emplois au second semestre et un recul du taux de chômage au dernier trimestre 2013, selon le programme de stabilité présenté mercredi en Conseil des ministres.

Les promesses de François Hollande sur l’inversion de la courbe du chômage vont-elles devenir réalité ? C’est ce que semble croire Bercy qui dans son programme de stabilité assure que la courbe du chômage sera inversée au dernier trimestre 2013. Le ministère de l’Economie prévoit également une reprise des créations d’emplois dès le second semestre. « L'économie française renouerait avec les créations d'emploi au second semestre et le taux de chômage recommencerait à reculer au dernier trimestre grâce à la reprise progressive de l'activité et aux premiers effets des nombreux dispositifs de soutien à l'emploi mis en place depuis dix mois », selon le document de Bercy. Toutefois, en moyenne annuelle, le volume d'emploi s'inscrirait « en léger repli » en 2013 (-0,2%), pour augmenter ensuite (+0,6% en 2014, +0,9% en 2015), selon le document du gouvernement.
En hausse depuis mi-2011, le taux de chômage atteignait 10,6% en France au quatrième trimestre 2012 (10,2% pour la seule métropole). D'après les dernières prévisions du Fonds monétaire international (FMI), la flambée va se poursuivre: 11,2% en 2013 puis 11,6% en 2014.

Une prévision de croissance «réaliste »

Le gouvernement maintient une prévision de croissance « réaliste » à 0,1% en 2013 et 1,2% en 2014, en conservant un objectif « raisonné » de ramener le déficit public à 2,9% du produit intérieur brut en 2014, dans le « programme de stabilité » présenté mercredi au Parlement. Dans le texte, adopté en conseil des ministres et qui sera envoyé à la fin du mois à la Commission européenne, le gouvernement s'engage auprès de ses partenaires européens à un objectif de croissance de 2% par an à partir de 2015 et de retour du déficit public à 0,7% du PIB en 2017.

Tugdual de Dieuleveult avec AFP