BFM Business

Budget 2015: le patron de l'Eurogroupe charge la France

Jeroen Dijsselbloem, le chef de file de l'Eurogroupe, met la pression sur le gouvernement français.

Jeroen Dijsselbloem, le chef de file de l'Eurogroupe, met la pression sur le gouvernement français. - Georges Gobet - AFP

Jeroen Dijsselbloem, le chef de file de l'Eurogroupe, a jugé que le projet de loi de finances français pour 2015 n'était pas assez ambitieux. Il a également indiqué qu'il n'était pas favorable à un nouveau délai.

L'étau se resserre un peu plus sur le gouvernement français. Le projet de Budget 2015 ne passera sous les fourches caudines de Bruxelles qu'à partir de mercredi prochain, mais déjà des voix appellent la France à revoir sa copie. C'est le cas du chef de file de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem qui, vendredi 10 octobre a dit tout le mal qu'il pensait du projet de loi de finances pour 2015.

Lors d'une conférence à Washington, le ministre néerlandais des Finances a jugé que "le projet de budget de la France est assez loin de l'objectif, à la fois en terme de déficit et de mesures effectives, concernant le déficit structurel (le déficit corrigé des aléas de la conjoncture, ndlr) et le nombre et la qualité des réformes qui doivent être réalisées". "Donc, sur les trois critères, l'ambition doit être revue à la hausse", a-t-il ajouté.

La France "doit faire la même chose" que l'Italie

Jeroen Dijsselbloem a ensuite laissé entendre qu'il ne souhaitait pas accorder un nouveau délai à Paris, après celui obtenu l'an dernier. "Comment ce délai a-t-il été utilisé? Il n'a pas été mis à profit. Donc nous ne devrions pas recommencer", a déclaré le ministre néerlandais.

Pour rappel, le gouvernement français a annoncé en septembre qu'il ne parviendrait pas à ramener son déficit public à 3% fin 2015 et s'est fixé comme objectif 2017. Jeroen Dijsselbloem a jugé qu'avant d'accorder plus de temps à un membre de l'Union européenne, le gouvernement de ce pays devrait décider des réformes à mettre en oeuvre pendant cette période. "Un accord ferme devrait être conclu sur la façon dont ce temps doit être utilisé", a-t-il affirmé, ajoutant à propos des réformes: "cela doit être fait dès le début et d'une façon crédible".

Le chef de file de l'Eurogroupe a distillé une autre pique. Saluant les efforts de Rome, qui a fait adopter cette semaine une importante réforme du marché du Travail, il a ajouté: "en France, le gouvernement doit faire la même chose".

Julien Marion avec Reuters