BFM Business

Budget 2015: la France ne veut "pas de nouvelle lettre" de Bruxelles

Pour François Hollande, la lettre envoyée par Bruxelles est "très banale"

Pour François Hollande, la lettre envoyée par Bruxelles est "très banale" - Eric Feferberg - AFP

François Hollande, qui a reconnu avoir reçu de Bruxelles une lettre pour demander des précisions sur son projet de Budget pour 2015, a indiqué vendredi soit que la France allait répondre, et qu'il espérait "ne pas recevoir" de nouveau courrier de la Commission.

A l'issue de la deuxième journée du Sommet européen, vendredi 24 octobre, le Président François Hollande a indiqué que la France allait répondre au courrier de la Commission européenne sur son projet de Budget pour 2015. Il a espéré ne pas recevoir de nouvelle lettre de Bruxelles. Car, selon lui, la France "a fait ce qu'elle avait à faire", notamment avec les 21 milliards d'euros d'économies prévues pour l'année prochaine. 

Une lettre "très banale"

Un peu plus tôt ce vendredi, François Hollande a confirmé que la Commission européenne a envoyé une lettre à Paris pour demander des comptes à la France sur sa trajectoire de finances publiques en 2015.

Le chef de l'Etat a tenté de rassurer. "C'est une lettre très banale", conforme "à la procédure" et "qui n'a pas de grande signification au-delà de demander un certain nombre d'informations et de précisions", a fait valoir François Hollande lors d'une conférence de presse.

"Il faudra donner notre réponse à la fin de la semaine, ce que nous ferons", a-t-il ajouté en précisant que "le dialogue se poursuit dans de très bonnes conditions" avec Bruxelles.

Pas plus de 21 milliards d'euros d'économies

Et dans ce cadre, pas question pour Paris d'aller au-delà des 21 milliards d'euros prévus dans le projet de Budget pour 2015. "Les économies, nous les avons présentées" et elles s'élèvent à "21 milliards d'euros en 2015", a insisté François Hollande.

"On peut voir comment on peut mieux mobiliser certaines ressources, mieux calculer certaines dépenses, mais il n'y aura pas de modifications sur ce point", a-t-il assuré.

Les Echos indiquaient jeudi que la lettre envoyée par la Commission européenne pourrait réclamer des mesures supplémentaires à la France pour mettre de l'ordre dans ses finances. Un montant de 4 à 6 milliards d'euros était évoqué par le quotidien économique.

La croissance comme objectif prioritaire

A son arrivée à Bruxelles, François Hollande avait réaffirmé que la croissance restait l'objectif "prioritaire" de la France. "Rien ne nous fera dévier de cet objectif. Cela vaut pour l'interprétation de notre propre budget, qui respectera les règles avec un maximum de flexibilité, mais aussi pour l'objectif de croissance", a-t-il déclaré.

La Commission européenne est actuellement en train d'examiner les projets de budget des différents Etats membres de l'Union européenne, avec en ligne de mire la date du 29 octobre. Le cas de la France est particulièrement compliqué dans la mesure où Paris a unilatéralement décidé de laisser filer le déficit à 4,3% cette année, alors qu'elle était censée le ramener sous les 3%.

2 milliards de plus pour Londres, 1 milliard de moins pour Paris?

La Commission européenne a réévalué les contributions nationales de chaque pays au Budget européen pour 2014. La nouvelle méthode prend notamment en compte la progression économique de chaque pays. Du coup, Bruxelles réclamerait 2,1 milliards d'euros de plus à Londres, une demande jugée "inacceptable" par le Premier ministre britannique David Cameron. A l'inverse, Paris pourrait récupérer environ un milliard d'euros.

Julien Marion et N.G. avec AFP