BFM Business

Appel à la mobilisation dans la fonction publique pour le 27 mai

Les organisations syndicales de la fonction publique appellent à une participation massive aux grèves et manifestations du 27 mai prochain en France après l'annonce d'un gel des dépenses publiques pour les trois ans à venir. /Photo d'archives/REUTERS/Vinc

Les organisations syndicales de la fonction publique appellent à une participation massive aux grèves et manifestations du 27 mai prochain en France après l'annonce d'un gel des dépenses publiques pour les trois ans à venir. /Photo d'archives/REUTERS/Vinc - -

PARIS - Les organisations syndicales de la fonction publique appellent à participer massivement aux grèves et manifestations du 27 mai prochain en...

PARIS (Reuters) - Les organisations syndicales de la fonction publique appellent à participer massivement aux grèves et manifestations du 27 mai prochain en France après l'annonce d'un gel des dépenses publiques pour les trois ans à venir.

Dans un communiqué émis mercredi, les syndicats CFDT, CFTC, CGT, FSU, Unsa et Solidaires estiment que ces orientations vont "faire peser davantage encore sur les salariés" les conséquences de la crise économique et sociale.

En dépit de la faible mobilisation syndicale du 1er mai, les grandes centrales syndicales, à l'exception de Force ouvrière, organisent une nouvelle journée interprofessionnelle de grève et de manifestation le 27 mai pour la défense des retraites, de l'emploi et du pouvoir d'achat.

Six syndicats de la fonction publique ont confirmé mercredi leur participation à la mobilisation.

Les mesures annoncées "dégraderont les services rendus aux usagers et les conditions de travail et de rémunération des personnels" alors que se poursuit le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, écrivent-ils.

Les syndicats réclament l'arrêt immédiat des suppressions d'emplois, les créations de postes nécessaires et une augmentation des salaires des agents de la Fonction publique.

Pour les organisations, le gouvernement persiste à ne donner aucune information sur ses intentions concernant la réforme des retraites alors qu'il devrait au contraire ouvrir de véritables négociations.

"La concertation en cours, le calendrier extrêmement serré imposé n'offrent pas une qualité de dialogue social acceptable pour répondre à un tel enjeu de société", estiment-elles.

Gérard Bon, édité par Gilles Trequesser