BFM Business

Annonces de Macron : grand flou sur les économies

Les annonces d'Emmanuel Macron

Les annonces d'Emmanuel Macron - ludovic MARIN / AFP

Emmanuel Macron propose de baisser les impôts des classes moyennes de 5 milliards d’euros. Une baisse qu’il compte financer en s’appuyer sur des économies sur les dépenses ou la suppression de niches fiscales. Les arbitrages seront difficiles, et à ce stade, on ne voit pas comment réaliser de telles économies.

Premier levier pour faire des économies : supprimer des organismes publics. Mais lesquels ? C'est le grands flou. Bruno Le Maire ne donne aucune précision sur ces établissements jugés "inutiles" par Emmanuel Macron. La suppression d’établissements publics peut aider à réaliser des économies sur les coûts de fonctionnements… En revanche, moins évident d’en faire sur la masse salariale, les personnels étant souvent réaffectés à d’autre poste.

L'objectif de 120 000 postes en moins s'éloigne

D’ailleurs, Emmanuel Macron s’apprête à renoncer à son objectif de suppression de 120 000 postes de fonctionnaires d’ici la fin du quinquennat. Il a été très clair ce jeudi sur ce point, il assumerait « totalement si ce n’est pas tenable d’abandonner cet objectif ». Et pour cause, il n’a supprimé que 6000 postes depuis le début de son quinquennat, et tous les signaux montrent qu’il n’est plus dans une logique de baisse d’effectifs.

Au contraire : le chef de l’Etat s’engage à ne pas fermer d’écoles, ni d’hôpitaux d’ici la fin du quinquennat. Il faudra surement embaucher 10 000 enseignants supplémentaires pour limiter le nombre d'élève à 24 par classe du CP en CE1 comme s’y est engagé Emmanuel Macron. C’est sans compter un redéploiement des fonctionnaires sur le terrain, un autre message fort d’Emmanuel Macron. Il veut en effet alléger les administrations centrales à Paris, pour mieux renforcer la présence de l’Etat à travers une maison des services publics, « France Service », qui sera présente dans les 2000 cantons de France. Autant de mesures qui éloignent les perspectives d’un véritable effort sur la baisse de la dépense publique.

Grand flou sur les niches fiscales à supprimer

Des économies sont aussi censées être réalisées via la suppression de niches fiscales dont bénéficient les entreprises. Mais là encore, le flou persiste. Dès la semaine prochaine Bruno Le Maire va rencontrer le patronat. Pour faire des économies budgétaires significatives, il faudrait s’attaquer aux niches qui coûtent le plus cher. Or, il s’agit du Crédit Impôt Recherche (6 milliards d’euros), qui reste un élément fort d’attractivité, compliqué donc d’y toucher. Il y a aussi les réductions accordées dans les opérations de mécénat, ou encore l’exonération d’Impôt sur les sociétés pour les HLM, mais là encore on touche à des niches qui sont très sensibles.

La priorité, Emmanuel Macron l’a rappelé ce jeudi, est de baisser les impôts pour les classes moyennes. La baisse de la dépense publique est moins mise en avant. D’ailleurs, durant toute cette séquence du grand débat, mis à part Bercy, quasiment aucun ministère n'a proposé de faire des économies.