BFM Business

Alain Minc: "il est assez simple de redresser la France"

Alain Minc était l'invité de BFM Business, lundi 21 octobre.

Alain Minc était l'invité de BFM Business, lundi 21 octobre. - -

L'économiste, proche de Nicolas Sarkozy, était l'invité de BFM Business, lundi 21 octobre. Après avoir livré un jugement sans concession sur Angela Merkel, il a apporté ses solutions pour la France.

Alain Minc ne laisse pas grand monde indifférent, et ses jugements sont souvent sans concession. Preuve en est son intervention au micro de BFM Business, ce lundi 21 octobre.

Européen convaincu, ce proche de Nicolas Sarkozy a d'abord évoqué la situation outre-Rhin, où Angela Merkel entame un troisième mandat. Pour lui, le nouveau gouvernement de coalition "sera un facteur de rééquilibrage au sein de l’Europe, et ce grâce aux hausses de salaires. Le seul pays au monde où l’on entend un ministre de l’Economie dire "les salaires n’augmentent pas assez", c’est l’Allemagne."

De ce point de vue, "avec sans doute un salaire minimum qui va être imposé, l’Allemagne va apporter sa contribution positive au rééquilibrage de l’Europe", a-t-il estimé.

Une politique énergétique "absurde"

Mais à l'en croire, l'Allemagne commet également de graves erreurs, comme sur la politique énergétique qu'il considère comme "absurde".

Angela Merkel "a pris une décision qu’on n’aurait jamais pardonné à un président français : elle a quand même fait perdre 40 milliards d’euros aux deux plus grandes entreprises électriques allemandes, Eon et RWE", a-t-il lancé.

La chancelière "a créé une situation où aujourd’hui, l’Allemagne ne veut pas d’énergie nucléaire mais en importe de Tchéquie –comme si le nuage radioactif n’allait pas franchir les frontières", at-t-il poursuivi. "Dans ce pays soi-disant écologique, on importe du charbon américain pour réalimenter des centrales, qui sont une substitution aux centrales au gaz."

Avant de conclure son réquisitoire: "donc si l’Allemagne, si admirable sur les facteurs de compétitivité, fait aussi des erreurs, en voilà une. La politique énergétique allemande est à peu près aussi bête qu’il nous arrive de l’être en macroéconomie."

Augmenter la TVA tous les ans

Alain Minc est ensuite revenu sur le cas de la France, qui peine à réduire son déficit de compétitivité. Pour lui, il est pourtant "assez simple de redresser la France."

"Vous augmentez la TVA de 1% par an pendant cinq ans", a-t-il commencé. "Vous mettez cet argent dans une cagnotte, pour qu’il serve à baisser les charges des entreprises, et non pas pour abonder le déficit public.

En outre, "l’âge légal de départ à la retraite doit être fixé en fonction de l’espérance de vie. Vous supprimez ensuitre les départements, et vous avez réglé le problème".

Y. D.