BFM Business

Easyjet revoit à la hausse ses prévisions de trafic pour l'été

EasyJet, qui a considérablement renforcé ses finances pour traverser la crise, a repris ses vols depuis le 15 juin 2020.

EasyJet, qui a considérablement renforcé ses finances pour traverser la crise, a repris ses vols depuis le 15 juin 2020. - Jacques Demarthon - AFP

La compagnie low cost, en forte perte entre avril et juin 2020, espère tourner à 40% de ses capacités entre juillet et septembre, après avoir tablé sur 30%. Elle mise sur l'amélioration de la demande et 'assouplissement des restrictions frappant les voyages.

Easyjet se dit plus optimiste quand à ses prévisions d'activité sur l'été en cours. La compagnie aérienne low cost espère désormais tourner à 40% de ses capacités entre juillet et septembre, alors qu'elle ne misait que sur 30% jusqu'à présent.

Elle révise à la hausse ses prévisions de trafic sur la base d'une amélioration de la demande et en raison de l'assouplissement des restrictions qui frappaient les voyages pendant le confinement.

"Une demande plus élevée que prévue en juillet"

"Il est encourageant de voir des niveaux de demande plus élevés que prévu en juillet", a déclaré Johan Lundgren directeur général du groupe, qui s'est félicité en outre des réservations pour le reste de l'été.

EasyJet, qui était rentable un an plus tôt, a toutefois perdu beaucoup d'argent entre avril et juin, en plein confinement, faute d'avoir pu faire voler ses avions. Son chiffre d'affaires a été réduit presque à néant, à 7 millions de livres (7,7 millions d'euros), contre 1,76 milliard de livres au troisième trimestre de l'exercice précédent.

La compagnie a annoncé ce mardi une perte avant impôts de 324,5 millions de livres (360 millions d'euros) entre avril et juin 2020, soit le troisième trimestre de son exercice décalé, en raison de la paralysie du trafic en pleine pandémie.

Easyjet va supprimer 4500 postes, le tiers de ses effectifs

Easyjet a pris ces derniers mois une série de mesures pour préserver des finances mises à mal par la crise du transport aérien. Il vient notamment de lever 419 millions de livres (465 millions d'euros) par le biais d'une émission de nouvelles actions, ce qui porte le total des liquidités engrangées depuis le début de la pandémie à 2,2 milliards de livres (2,4 milliards d'euros), dont un prêt de 600 millions de livres (665 millions d'euros) obtenu auprès des pouvoirs publics au Royaume-Uni. Comme ses concurrentes, la compagnie aérienne a également annoncé des suppressions d'emplois de grande ampleur: jusqu'à 4500, soit près du tiers de ses effectifs.

F.B avec AFP