BFM Business

Des masques pour tous les Français dès le 11 mai: comment l'Etat va s'impliquer dans ce défi

Le Premier ministre vient de s'engager à ce que tous les Français puissent disposer de suffisamment de masques pour le déconfinement. L'Etat va financer 50% des commandes des collectivités locales et distribuera cinq millions de masques lavables par semaine pour les Français les plus modestes.

"Il y aura assez de masques à partir du 11 mai." Le Premier ministre vient de s'engager devant l'Assemblée nationale à fournir suffisamment de masques aux Français pour le déconfinement et le retour au travail. 

"Nous avons incité les entreprises et les collectivités à se procurer des masques. Nous soutiendrons financièrement les collectivités locales qui achètent des masques grand public en prenant en charge 50% du coût des masques dans la limite d’un prix de référence", assure Edouard Philippe.

Les Français qui devront s'équiper auront donc, pour certains, accès à des masques fournis gratuitement par des collectivités locales. Depuis quelques semaines, les Régions, les Départements et de nombreuses communes ont fait l'achat de masques pour distribuer à leurs administrés. L'Association des maires de France a par exemple passé commande début avril de 6,5 millions de pièces pour une distribution aux communes et intercommunalités.

Les Français se tourneront vers les commerces

L'Etat va donc à partir de maintenant leur apporter un coup de pouce en finançant la moitié du coût de ces dépenses. Un financement qui, si on s'en tient aux propos du Premier ministre, ne devrait pas être rétroactif alors que les collectivités territoriales ont déjà acheté une bonne partie de leurs stocks. Mais l'Etat organisera une distribution gratuite pour les communes qui n'auraient pas les moyens d'en acheter.

"Nous réserverons une enveloppe hebdomadaire de 5 millions de masques lavables pour que les préfets organisent, avec les maires et les présidents de conseils départementaux, la distribution de masques à nos concitoyens les plus précaires, via les CCAS et les acteurs associatifs", assure le Premier ministre.

La distribution se fera ensuite différemment selon les communes: certaines ont choisi la distribution en boîte aux lettres, d'autres sur des prises de rendez-vous avec les administrés.

A défaut de masques gratuits, les Français devront se tourner vers les commerces qui en vendront.

"Progressivement, nous parviendrons à une situation classique, où les Français pourront sans risque de pénurie se procurer des masques grand public dans tous les commerces", assure le Premier ministre.

Les bureaux de tabac commenceront à en vendre le 30 avril pour les professionnels et le 6 mai pour le grand public. Les pharmacies sont autorisées à en vendre au grand public depuis le 26 avril, même si pour l'heure rares sont celles qui en proposent à la vente.

La grande distribution devrait aussi être un circuit important de diffusion des masques dans les prochaines semaines. Carrefour et Système U se sont engagés à vendre des masques grand public à prix coûtant dès le 4 mai.

De même qu'Intermarché et Netto qui annoncent qu'à partir du 4 mai, ils mettront progressivement à disposition des Français 100 millions de masques chirurgicaux à prix coûtant. Puis des masques textiles lavables dans un second temps. 

Le Premier ministre a écarte ce mardi la possibilité d'un plafonnement des prix. Le gouvernement s'était engagé à ne pas plafonner les prix des masques comme il l'avait fait pour le gel hydroalcoolique afin de ne pas freiner l'innovation.

Cependant, indique Edouard Philippe, "les pharmacies et la grande distribution seront invitées à vendre, dans des conditions que nous définirons avec eux pour éviter les phénomènes de pénurie, des masques jetables ou lavables."

Actuellement, la France reçoit 100 millions de masques chirurgicaux par semaine qui seront complété par 20 millions de masques lavables d'ici le courant du mois de mai a indiqué le Premier ministre.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco