BFM Business

Défiance autour de la 5G: et si on se trompait complètement de débat?

Image d'illustration

Image d'illustration - Lionel BONAVENTURE / AFP

Derrière la défiance suscitée par le lancement de cette nouvelle technologie mobile, se cache peut-être une grande incompréhension: la 5G est avant tout conçue pour servir les échanges de données très haut débit dans l'industrie, la santé connectée et à la ville intelligente.

De plus en plus de citoyens et d'élus réclament un moratoire sur le déploiement de la 5G en France pour des questions de santé publique. Le débat prend une telle ampleur qu'il a fait réagir au plus haut niveau de l'Etat, le président de la République Emmanuel Macron rappelant qu'il en va de la souveraineté technologique et de la compétitivité de la France.

Car on oublie un peu de rappeler que la 5G ne cible pas en priorité le grand public comme la 3G ou la 4G en leur temps. Cela n'empêche pas de poser des questions légitimes de santé publique (qui espérons-le seront tranchées une fois pour toute par l'étude de l'Anses attendue début 2021) ou d'environnement.

Les usages grand public, seulement 20% des usages 5G

La 5G est intrinsèquement liée aux entreprises, à l'industrie, à la ville intelligente, aux services à la personne. Elle n'a pas vraiment vocation à révolutionner les usages grand public si ce n'est dans la réalité virtuelle ou augmentée. Une étude d'une université indienne évalue même ces usages grand public à seulement 20%.

Car la 5G, ce n'est pas que de la 4G plus rapide. Elle offre des débits montants et descendants supérieurs à 10 gigabits par seconde théoriques, mais surtout par plus de capacités et une latence très basse en deçà de la milliseconde contre 25 à 40 ms en 4G. Là est son principal atout pour faire communiquer des machines et des objets entre eux.

Des usages destinés en priorité au monde industriel

De quoi accompagner l’essor de nombreux secteurs qui vont s'appuyer sur ces propriétés pour être plus efficaces: voitures autonomes et connectées, médecine à distance (notamment pour les seniors), imagerie médicale, gestion de flottes, transport, vidéo-surveillance, sécurité...

Mais c'est surtout dans le domaine industriel et des usines que les plus grands changements sont attendus: organisation de la production, gestion des stocks, localisation des marchandises en transit, optimisation des flux industriels afin de réduire les pertes et les besoins en énergie...

C'est d'ailleurs ce qui se passe dans les pays européens où elle est opérationnelle depuis plus d'un an.

Usines automatisées et flexibles

En Suisse, le pays le plus avancé en Europe en matière de 5G, et où un moratoire sur des déploiements a été décidé, c'est dans l'usine Ypsomed (un fabricant d'appareils médicaux pour les diabétiques) que l'on peut observer les applications concrètes de la 5G.

Elle permet ainsi de contrôler à distance les machines ou encore les stocks, prévoir les pannes. C'est l'immédiateté des remontées d'informations qui sont saluées pour monitorer et adapter en temps réel la production.

La grande nouveauté, c'est aussi de pouvoir connecter des milliers d'équipements sur le même réseau mobile rapide et stable sans avoir à effectuer des recâblages lorsqu'il faut par exemple déplacer ses équipements. La réorganisation des lignes de production est ainsi bien plus rapide.

Refuser la 5G "c'est comme dire non à Internet il y a 30 ans"

"Si vous ne prenez pas ce tournant, vous serez désavantagé. Dire non à la 5G aujourd'hui, c'est comme dire non à Internet il y a 30 ans", résume Simon Michel, le PDG d' Ypsomed sur BFM Business.

A Monaco, la 5G est commercialement disponible depuis juillet 2019 à travers Monaco Telecom, un opérateur télécom détenu par Xavier Niel. Une chose est sûre, le nombre de clients grand public est encore très faible: "une centaine d'abonnés", précise à l'AFP Frédéric Genta, délégué interministériel à la transition numérique de la Principauté. Faute de terminaux et d'usages spécifiques.

Les pompiers, les hôpitaux, les transports...

Reste que ce sont bien les usages B2B qui se développent. "Aujourd’hui, le vrai potentiel de la 5G, ce sont les institutions, et les entreprises", souligne le directeur général de Monaco Telecom, Martin Peronnet à Monaco-Matin.

"À Monaco, les abris voyageurs offrent du wi-fi, amené par la 5G. Les pompiers utilisent de façon vraiment intéressante la garantie de débit offerte par la 5G pour envoyer des drones dans leurs interventions, et recevoir des images en haute définition pour guider les hommes sur place. On voit que les choses vont bouger", poursuit-il.

En Chine (premier marché mondial de la 5G avec déjà 110 millions d'utilisateurs, soit 10% des abonnés mobiles), la 5G est au coeur du plan de relance économique et industriel. Elle a également été au coeur de la lutte contre la pandémie de Covid-19 à travers des robots connectés et bardés de capteurs biométriques capables d'établir des diagnostics précis ou encore de capturer des images ou des vidéos.

La 5G permet alors de transmettre en direct ces images médicales souvent très lourdes.

L'Idate, un institut d'études et de réflexions dédié au numérique cite ainsi l'exemple des hôpitaux de l’Union de Wuhan et de Tianyou, rattachés à l’Université des sciences et technologies de Wuhan, qui ont eu recours à des robots intelligents 5G fournis par China Mobile et la société CloudMinds. Ces robots dédiés aux patients atteints de la maladie Covid-19 peuvent prendre la température corporelle, désinfecter les locaux, distribuer des médicaments et des repas et peuvent aussi s’auto-désinfecter.

La 5G a également été utilisée pour gérer les flux de transport de patients à travers la collecte d’informations en temps réel sur les véhicules et le suivi des véhicules connectés

Se poser la question de la couverture radio

Le débat mérite donc d'être recentré. Comme l'écrit Gilles Babinet, entrepreneur, ancien président du Conseil national du numérique et conseiller à l'Institut Montaigne dans une tribune: "C'est essentiellement le secteur productif qui va être impacté par l'avènement de ce nouveau cycle technologique".

"Il serait dommage que le débat se polarise uniquement sur les aspects consuméristes", ajoute-t-il.

Si tourner le dos à la 5G constituerait certainement une erreur économique, la question de son déploiement, global ou non, rapide ou progressif, peut néanmoins se poser. Faut-il avoir comme objectif de couvrir tout le territoire en 5G de la même manière que la 4G?

Ne faut-il pas se concentrer sur certaines zones où elle sera le plus utile? Et achever au plus vite la couverture 4G et fibre optique des zones blanches et grises où la connectivité Internet est encore famélique, tout aussi bien pour le grand public que pour les entreprises?

En tout cas, selon un sondage de l'assureur Celside paru vendredi 18 septembre (échantillon représentatif) et mené en février 2020, l'arrivée de la 5G est perçue de "manière positive" par 81% des personnes interrogées.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business