BFM Business

Défense: Thales pourrait fournir à Taïwan des radars pour équiper ses frégates

Taiwan pourrait commander à Thales des radars pour ses nouvelles frégates

Taiwan pourrait commander à Thales des radars pour ses nouvelles frégates - HSU Tsun-hsu

Le Français Thales aurait été approché par Taïwan pour fournir des radars pour équiper ses nouvelles frégates.

Les frégates de Taiwan seront-elles équipées de technologies de détection françaises? Selon un article publié dans la presse Taïwanaise repéré par le site spécialisé Opex360, les autorités taïwanaise aurait approché Thales, mais aussi son concurrent américain Raytheon, pour équiper de radars huit frégates de dernière génération.

En 2016, Taïwan a créé un fond de 15 milliards de dollars pour moderniser ses navires de guerre. A l'époque, le National Chung-Shan Institute of Science & Technology (NCSIST) a été chargé de mettre au point le système de combat de ces frégates ainsi que ses radars numériques.

Problème, ceux qui ont été créés seraient trop lourds pour être suppportés par les navires. Pour supporter cette charge, ces frégates de 4500 tonnes devraient en faire 6000. Impossible de revoir le budget à la hausse pour adapter les radars, et encore moins de consolider les frégates.

Surveiller la terre, la mer, le ciel et l'espace

Thales pourrait avoir la solution à cette équation impossible. Le groupe français à mis au point un radar numérique, le Sea Fire 500, afin d'équiper les frégates de défense et d’intervention conçues par Naval Group. La France a commandé six cyber navires qui commenceront à être livrées à la Marine nationale en 2023. Les premiers essais ont déjà démarré au large de Lorient.

Le Sea Fire est un système redoutable. Connecté à des satellites de renseignement, il est capable de voir, d'entendre et de capter des données numérique échangées à 360° sur un rayon de 400 km. Des capteurs sont aussi installés dans le mât du navire pour détecter navires, sous-marins, véhicules terrestres et des aéronefs, y compris les drones et les planeurs hypersoniques en cours de développement en France, mais aussi aux Etats-Unis, en Chine et en Russie.

Aucun des pays concernés n'a encore confirmé ce projet. Pékin suivra avec un vif intérêt ce contrat. Comme le rappelle Opex360, la France avait déjà reçu de "vives protestations" du gouvernement chinois quand Taïwan a passé une commande au français DCI-DESCO pour des lance-leurres pour équiper des frégates légères de la marine taïwanaise.

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco