BFM Business

Croissance: un nouvel indice positif qui ne fait pas le printemps

-

- - Philippe Huguen - AFP

L'indice PMI, qui mesure l'activité du secteur privé, a atteint son plus haut niveau depuis 2011. Est-ce un signe tangible que le PIB français a maintenu au deuxième trimestre son envolée du premier? Pas forcément.

L'horizon économique de la France semble bel et bien s'éclaircir. Ce mardi 23 juin, la société d'étude économique Markit a publié ses traditionnels indicateurs PMI (pour "Purchase managers index"), qui mesurent chaque mois l'activité du secteur privé.

Et la cuvée de juin 2015 se révèle exceptionnelle puisque l'indice composite (c’est-à-dire les services et l'industrie combinés) s'est élevé à 53,4 points soit son plus haut niveau depuis 46 mois.

Markit souligne ainsi que la France connaît "la plus forte croissance de l'activité de son secteur privé depuis août 2011". Pour Jack Kennedy, senior économiste chez Markit, ces données sont ainsi "de bon augure pour la croissance française au deuxième trimestre après la hausse de 0,6% du PIB enregistrée en début d'année".

A tel point que le site américain d'actualités économiques Business Insider titre "France is back in business" ("La France est de retour dans les affaires").

"Une bonne nouvelle à relativiser" 

Faut-il en déduire pour autant que la France va renouveler au deuxième trimestre, la bonne performance réalisée au premier? Pas forcément. James Howat, économiste Europe chez Capital Economics estime ainsi que les indices PMI publiés ce mardi signalent "une autre progression décente du PIB au deuxième trimestre", sans pour autant atteindre le chiffre de 0,6%.

Axelle Lacan, économise chez Crédit Agricole SA, invite elle à considérer les chiffres de Markit avec une certaine prudence. "Clairement il s'agit d'une bonne nouvelle... qui reste toutefois à relativiser. Pendant très longtemps les PMI ont été trop négatifs, désormais ils s'ajustent à la hausse", explique-t-elle.

L'experte rappelle d'ailleurs que "l'échantillon retenu par les indices PMI est plus restreint que celui des enquêtes de l'Insee, ce qui peux expliquer que cet indicateur avancé a parfois du mal à prendre le pouls exact de l'économie française".

Au final, Axelle Lacan juge que ce très bon indice PMI "montre néanmoins que le mouvement de reprise est en marche, même si le niveau de la croissance va se tasser au deuxième trimestre". Un constat d'ailleurs partagé par l'Insee qui, dans sa dernière note de conjoncture tablait sur une hausse du PIB de 0,3% au deuxième trimestre...