BFM Business

Voici où, dans Paris, les magasins pourront ouvrir tous les dimanches 

La ZTI ne plaisent pas à tout le monde.

La ZTI ne plaisent pas à tout le monde. - BFMTV

A Paris, les zones où travailler tous les dimanches ne sera plus interdit concernent 12 quartiers et 6 gares. Mais cette nouvelle carte ne fait pas l'unanimité. Le ministère de l'Economie cherche à calmer les esprits.

Le travail du dimanche serait-il en train de se généraliser dans la capitale? On pourrait tout à fait le penser. De fait, les zones touristiques internationales (ZTI), prévues par la loi Macron, pullulent à Paris. Entre les 12 quartiers concernés et les 6 gares, il sera bientôt possible de faire son shopping n'importe quel dimanche de l 'année en ayant au maximum 3 kilomètres à parcourir, soit 45 minutes de marche.

Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, et François Rebsamen, alors en charge du Travail, ont envoyé la délimitation précise des zones où les commerces pourront ouvrir le dimanche tout au long de l'année. Cela concerne : Saint-Honoré-Vendôme, Les Halles, Marais-République, Saint-Germain, Rennes-Saint-Sulpice, Champs-Elysées-Montaigne, Haussmann, Montmartre, Olympiades, Cour Saint-Emilion-Bibliothèque, Maillot-Ternes et Beaugrenelle. Ainsi que les 6 gares : Saint-Lazare, du Nord, de l'Est, de Lyon, d'Austerlitz, et Montparnasse. D'après l'Alliance du Commerce, 3.000 points de ventes sont concernés. Un impact considérable, donc, pour l'économie parisienne.

Protestations immédiates

Néanmoins, tout n'est pas encore joué. Ce plan de Paris a été envoyé aux organisations syndicales et patronales et à la mairie de Paris qui ont un mois (jusqu'au 15 septembre) pour donner leur avis. Et certains n'ont pas tardé à réagir.

Ainsi, les syndicats du commerce parisien (CGT, SUD, Unsa, CFDT), rassemblés au sein du Clic-P, ont immédiatement protesté contre ce projet. Les zones proposées vont "bien au-delà des périmètres de fortes fréquentations touristiques internationales qui ont servi de prétexte à l'élaboration de la loi" Macron, souligne le Clic-P. Il relève que "l'ensemble des centres commerciaux parisiens sont également inclus dans le périmètre des ZTI", comme les centres "Beaugrenelle, Bercy 2, Italie 2, qui ne sont pas précisément connus pour leur affluence touristique internationale".

Le Clic-P note aussi que même si "l'amendement Fnac a été retoqué lors du deuxième passage de la loi à l'Assemblée nationale", le PDG de l'enseigne Alexandre Bompard "obtient finalement satisfaction puisque tous les magasins parisiens de l'enseigne se retrouvent dans les ZTI". Cet amendement, voté par le Sénat avant d'être repoussé, stipulait que "les commerces de détail de biens culturels peuvent déroger à la règle du repos dominical en attribuant le repos par roulement".

6% de la surface de la capitale

"Il ne s'agit en aucun cas de la généralisation de l'ouverture des commerces le dimanche puisque ces zones proposées correspondent seulement à 6% de la surface de la capitale", a réagi lundi le cabinet du ministre de l'Economie Emmanuel Macron, dans une déclaration à l'AFP. "Toutes ces zones correspondent à des zones de transport important avec une forte présence hôtelière et des monuments qui participent à la fréquentation touristique de Paris".

"Nous sommes dans une phase de concertation avec les élus locaux. Cette carte a été soumise pour avis aux acteurs. Les zones proposées correspondent aux trois critères définis par la loi, à savoir le rayonnement international des zones, l'affluence des touristes résidant hors de France et l'importance de leurs achats", a dit la porte-parole du ministère. "Le principe qui définira l'ouverture des commerces le dimanche sera bien l'accord au sein de chaque entreprise", a-t-elle assuré.

ZTI par décret ministériel

La loi Macron sur la croissance et l'activité a été promulguée et publiée le 7 août au Journal officiel, un peu plus de 24 heures après la décision du Conseil constitutionnel de valider l'essentiel du texte.

Elle autorise notamment l'ouverture des magasins neuf dimanches par an (puis douze à partir de 2016) à la discrétion du maire et tous les dimanches, ainsi que le soir jusqu'à minuit, dans les nouvelles ZTI.

La mise en place des ZTI doit faire l'objet d'un décret ministériel, un arrêté ministériel devant ensuite en préciser les contours.

Diane Lacaze (texte) et Olivier Laffargue (infographie)