BFM Business

Une société française expédie des déchets plastique en Asie: elle écope d'une grosse amende

Le ministère de la Transition écologique a infligé pour la première fois une amende de 192.000 euros à une entreprise française, qui avait envoyé illégalement des déchets plastiques en Malaisie.

Le ministère de la Transition écologique a infligé pour la première fois une amende de 192.000 euros à une entreprise française, qui avait envoyé illégalement des déchets plastiques en Malaisie. - INDRANIL MUKHERJEE-AFP

Une amende de 192.000 euros a été infligée par le ministère de la Transition écologique à une société ayant expédié de façon illicite des déchets plastique en Malaisie. Ce pays les avait renvoyés cet été à l'expéditeur français, ce qui a permis à l'État de retrouver sa trace.

Alors que le projet de loi anti-gaspillage luttera contre la prolifération du plastique à la source, le ministère de la Transition écologique fait la chasse aux entreprises qui "exportent" de façon illicite des déchets plastique, en infligeant une première et lourde amende à une société contrevenante.

Une société de courtage française spécialisée dans l'achat et la revente de ces déchets, dont le nom n'a pas été divulgué, a été mise à l'amende à hauteur de 192.000 euros pour avoir expédié en Malaisie plusieurs conteneurs.

La Malaisie ne veut plus être la décharge du monde

Mais ce pays d'Asie a décidé il y a quelque mois de retourner des centaines de tonnes de déchets plastiques dans leurs pays d'origine, parmi lesquels la France. En retournant à leurs envoyeurs ces conteneurs, la Malaisie a indirectement permis aux autorités des pays "exportateurs" d'identifier les sociétés ayant ainsi expédié leurs déchets de manière illicite. En l'occurrence, la Malaisie a jugé non conformes les conteneurs expédiés par cette société française et en a notifié la France,

"Toutes les entreprises dont les cargaisons font l'objet de renvoi des pays destinataires seront poursuivies en France" a confié au quotidien Le Parisien, l'entourage de la secrétaire d'État, Brune Poirson.

Ce revirement de la Malaisie, qui a décidé ne plus être la décharge du monde développé, est survenu alors que les importations de plastique par ce pays ont triplé depuis 2016 pour atteindre 870.000 tonnes en 2018. Cet afflux a entraîné une multiplication rapide du nombre d'usines de retraitement, opérant pour beaucoup sans permis et avec peu de considération pour la protection de l'environnement.

La décision de la Chine en 2018 de cesser l'importation de déchets plastiques a grandement perturbé le marché mondial du recyclage. Les pays développés ont dû trouver de nouveaux débouchés pour leurs déchets, submergeant plusieurs pays du sud-est asiatique (Indonésie, Malaisie), qui se sont à leur tour rebiffés.

Frédéric Bergé