BFM Business

Sanofi lance son insuline à inhaler aux USA

Sanofi mise gros sur ce médicament contre le diabète

Sanofi mise gros sur ce médicament contre le diabète - Eric Piermont - AFP

Le groupe pharmaceutique vient d'obtenir les autorisations des autorités de régulation américaines pour commercialiser son Afrezza. Il s'agit d'insuline en poudre à inhaler avant chaque repas.

Sanofi renoue avec la croissance. Le groupe pharmaceutique français a présenté, ce jeudi 5 février, de bons résultats pour l'année 2014 avec une hausse des ventes de 2,4% et un bénéfice net qui bondit de 18% à 4,4 milliards d'euros. Sanofi a également annoncé qu'il aura un nouveau directeur général d'ici à la fin mars.

Au-delà de ces bons résultats, le groupe a obtenu, mardi 3 janvier, l'autorisation des autorités américaines pour commercialiser aux Etats-Unis de l'insuline à inhaler.

Ce médicament, appelé Afrezza, est très attendu par les diabétiques qui souffrent des piqures quotidiennes très contraignantes. Il est fabriqué par la société américaine Mannkind Corporation et propose de l'insuline en poudre à inhaler avant chaque repas.

"De nombreuses personnes vivant avec le diabète ne parviennent pas à contrôler leur glycémie malgré les médicaments qu'elles prennent et pourraient bénéficier d'un traitement par insuline. Aujourd'hui, elles ont à leur disposition une nouvelle option pour s'administrer de l'insuline autrement que par injection", a déclaré le docteur Janet McGill, Professeur de médecine à la Faculté de médecine de l'Université Washington de St. Louis et investigateur des essais cliniques consacrés à Afrezza.

Des précédents peu convaincants

Pour Sanofi, le projet semble vraiment viable. Le groupe a signé avec Mannkind un accord de licence mondial pour le commercialiser. Sanofi est ainsi chargé, à l'échelle mondiale, des activités commerciales, des affaires réglementaires et du développement du produit. Le montant de cet accord pourra atteindre 700 millions d'euros en plusieurs versements en fonction d'objectifs. La création de nouveaux traitements contre le diabète fait d'ailleurs partie des sept plate-formes de croissance identifiées par Sanofi.

Pourtant des doutes persistent. D'autres laboratoires ont renoncé. En 2006, Pfizer par exemple lançait à peu près le même genre de produit. Ce fut un échec commercial. L'inconvénient, c'est que l'insuline en spray multiplie le risque de problèmes pulmonaires et que son action est de courte durée, elle ne remplace pas totalement les injections.

Hélène Cornet avec J.M. et CercleFinance