BFM Business

Prime Now à Paris: Anne Hidalgo n’aime pas les manières d’Amazon

Amazon a lancé jeudi à Paris son service de livraison en une heure. Pour la Maire de Paris, "cette opération est susceptible de déstabiliser gravement les équilibres commerciaux parisiens".

Après Uber contre les taxis, un nouveau feuilleton démarre à Paris cette fois entre Amazon et la Mairie de Paris. L’américain a lancé ce jeudi à Paris Prime Now, qui propose une livraison en une heure aux abonnés Premium de nombreux produits, dont de l’alimentaire. Inauguré à New York en 2014, ce service est accessible dans 44 villes du monde. Mais dans la capitale française, il n’est pas particulièrement bien perçu.

Dans un communiqué adressé ce dimanche, Anne Hidalgo fait part de ses inquiétudes. "Cette opération est susceptible de déstabiliser gravement les équilibres commerciaux parisiens", réagit l’Hôtel de Ville en pointant aussi une maladresse. "Cette grande entreprise américaine n’a jugé bon d’informer la Ville de Paris que quelques jours avant son lancement."

Eviter une concurrence déloyale avec les commerçants

Pour le moment, la Ville de Paris n’évoque pas d’interdiction. Par contre, elle signale qu’elle sera attentive aux conséquences de Prime Now et se montrera intransigeante sur "la préservation du commerce de proximité, la qualité de vie des riverains au regard de la logistique du centre et du trafic des véhicules de livraison, le degré de pollution généré par les véhicules et l’activité du lieu et la politique de ressources humaines menée par Amazon."

En bref, Amazon n’a qu’à bien se tenir. D’autant que Paris "portera aussi auprès du législateur la nécessité de définir, par la loi, des garde-fous en mesure d’éviter que de tels services ne viennent à constituer une concurrence déloyale à l’égard des commerçants et des artisans".

Et au-delà du service lui-même Anne Hidalgo porte une vive attention sur le centre de distribution Amazon situé dans le 18e arrondissement. "Il faut notamment que les procédures d’autorisation actuellement en vigueur, au bénéfice des maires, pour les surfaces commerciales comme les supermarchés puissent s’appliquer à des surfaces comme celles que vient d’installer Amazon dans le 18e."

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco