BFM Business

Pourquoi H&M se met en quatre pour récupérer vos vieux vêtements

H&M organise la collecte de vêtements usés directement dans ses magasins.

H&M organise la collecte de vêtements usés directement dans ses magasins. - Eduardo Munoz Alvarez - GETTY - AFP

Le groupe suédois s'est lancé depuis 2013 dans la collecte de vieux vêtements. Un engagement certes éthique mais aussi stratégique.

H&M vient de publier une nouvelle vidéo, intitulée "Bring it", pour inciter ses clients à rapporter dans ses boutiques les vêtements et textiles dont ils veulent se débarrasser. En fait, cette politique de récupération a débuté en 2013. Le groupe suédois se félicite d'ailleurs d'avoir déjà commercialisé en octobre toute une ligne denim à partir de vieux jeans troués, et d'avoir collecté plus de 32.000 tonnes de vêtements, soit l'équivalent de 100 millions de tee-shirts.

Cet engagement en faveur de l'environnement peut paraître paradoxal pour une marque symbole de la fast-fashion, qui propose chaque semaine de nouveaux articles dans ses boutiques. Le géant suédois n'officie-t-il pas dans un secteur, celui du textile et de l'habillement, situé au 2e rang mondial en termes d'impact sur l'environnement? Mais cette stratégie éthique a également du sens économiquement.

Pénurie mondiale de coton

"L'industrie de la mode utilise plus de ressources que ce que permet la planète", explique le géant de la fast fashion sur son site. Des ressources dont dépendent l'avenir du business de l'habillement. Ses entreprises l'ont bien compris lorsqu'en 2015, elles ont été confrontées à une pénurie mondiale de coton. D'ailleurs H&M n'est pas la seule enseigne à se lancer sur ce créneau. Marks & Spencer ou Armani Jeans se mettent par exemple à la confection de tissus à partir de polyester de bouteilles plastiques usagées. Même les États, comme la Chine, le Maroc le Canada, investissent massivement dans l'industrie du recyclage textile.

-
- © La collection en jean recyclé d'H&M

Collecter collants filés, chemises défraîchies et autres tee-shirts déformés, cela rapporte. La Scop française Le Relais, spécialisée dans le recyclage des textiles, affiche un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros par an pour 100.000 tonnes de textile traitées. Or ce qui coûte le plus cher, c'est la collecte. D'où les campagnes d'H&M pour vous inciter à déposer vos vieux vêtements dans ses magasins.

Qu'est-ce qu'en fait le géant? La même chose que les associations caritatives type Emmaüs: les vêtements encore portables sont vendus en seconde main. Les autres sont soit transformés en d'autres produits, comme des chiffons, soit commercialisée sous forme de fibres textile, utilisées par exemple comme isolant. L'objectif à terme: "boucler la boucle", indique le géant suédois. Faire de la vie du textile une boucle infinie, où rien n'irait jamais à la décharge.

90% des textiles usés vont à la décharge

Pour H&M, l'aspect financier n'est pas négligeable: "Tous les profits que nous récupérons sur la collecte de vieux vêtements sont réinvestis en recherche et développement et en projet d'amélioration sociale", promet néanmoins le groupe. Il précise que les bénéfices vont à la fondation H&M, qui mène des recherches pour augmenter la proportion de fibres recyclées par vêtement (20% au mieux aujourd'hui), et travaille à "l'égalité et à l'inclusion des groupes marginalisés".

Selon Greenpeace, les consommateurs achètent aujourd'hui deux fois plus de vêtements qu'il y a quinze ans, et s'en débarrassent deux fois plus vite. Sur les 2 millions de tonnes de vêtements dont les Européens se séparent chaque année, 90% partent à la décharge. Autant dire que le business du recyclage textile dispose encore d'une bonne marge de progression.

Nina Godart