BFM Business

Pourquoi Danone prévoit de supprimer jusqu'à 2000 emplois

Depuis le début de la pandémie, le géant français fait face à un plongeon de ses ventes d'eaux en bouteille. En cause, la chute du nombre de touristes partout dans le monde et la fermeture dans de nombreux pays des cafés et restaurants.

Confronté à la pression des actionnaires - l'action a perdu près d'un quart de sa valeur depuis le début de l’année- le PDG du groupe Danone a annoncé ce lundi la suppression de 1500 à 2000 postes, dont 400 à 500 en France. Emmanuel Faber entend économiser 1 milliard d’euros avec cette réorganisation du groupe affectant 1,5% à 2% de ses effectifs.

L'économie réalisée correspond à la perte de chiffre d'affaires du groupe sur les neuf premiers mois de l'année. La pandémie a eu un impact sur les ventes de lait infantile en Chine mais, surtout, elle a fait plonger les ventes d'eaux en bouteille, le troisième pilier du groupe qui, en 2019, représentaient 18,1% de son chiffre d'affaires mondial. Sur les neuf premiers mois de l’année, elles ont chuté de 20,1%. (17,1% en données comparables). Et cela ne va pas s’améliorer d’ici la fin décembre.

Fermeture des restaus et chute du tourisme mondial ont fait plonger les ventes d'eaux

En cause, le plongeon mondial du tourisme et la fermeture, dans de nombreux pays, des cafés bars et restaurants. Avec Evian et Badoit d'un côté, très présents sur les cartes des bonnes tables et une demi-douzaine de marques locales dans des pays accueillant en temps normal de nombreux touristes (Espagne, Mexique, Indonésie, Turquie...), le groupe a été doublement exposé. D'ici la fin de l'année, l'impact sur le chiffre d'affaires de son pôle eaux pourrait atteindre, voire dépasser, le milliard d'euros.

La réorganisation du groupe qui prévoit la création de directions uniques par zones géographiques et non plus par grandes catégories de produits, préfigure-t-elle la vente du pôle eaux? C’est peu probable. Pour au moins deux raisons. D’abord avant la pandémie, le marché de l’eau en bouteille se portait plutôt bien, au plan mondial. Ensuite, Danone a fait de gros investissements voici seulement trois ans, notamment sur sa marque phare, Evian. Le PDG du groupe a d'ailleurs dit clairement ce lundi dans un entretien au Figaro, que la vente de ce "pôle" n’était pas à l’ordre du jour.

Pierre Kupferman
https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco