BFM Business

Pour les buralistes, le Loto chez les fleuristes c'est le bouquet !

Les buralistes dénoncent l'irruption des fleuristes du réseau Florajet sur la vente des grilles de Loto et des jeux à gratter.

Les buralistes dénoncent l'irruption des fleuristes du réseau Florajet sur la vente des grilles de Loto et des jeux à gratter. - Clemens Bilan-AFP

Les buralistes s'insurgent d'un accord entre la FDJ et Florajet, qui va permettre à des fleuristes de cette enseigne de vendre des grilles de Loto et des jeux de grattage. Ils menacent de boycotter l'Euro Millions.

Les buralistes ont la moutarde qui leur monte au nez. Ils ne digèrent vraiment pas le partenariat que vient de signer la Française des jeux avec le réseau de fleuristes Florajet. "Nous avons un accord avec la FDJ pour la mise en place d'une offre complémentaire mais uniquement là il n'y pas de maison de la presse et de débit de tabac" a précisé au Parisien, Alexandre Arnaud, directeur du développement de Florajet. En réaction, les bureaux de tabac menacent de boycotter la nouvelle formule de l'Euro Millions, lancée le 27 septembre par la FDJ.

Pour les buralistes, ce rapprochement entre la FDJ est une nouvelle attaque frontale qui met en péril leur modèle économique. "La vente exclusive du tabac et des jeux: on ne peut pas à la fois dire que ces produits sont sensibles et autoriser en même temps leur vente dans les Monop'Station ou les galeries marchandes" soutient dans une tribune publiée dans Les Echos, Bernard Gasq, président de la fédération des buralistes d'Ile-de-France, d'Oise et de Seine-Maritime.

Une vingtaine de fleuristes prêts à vendre des jeux FDJ

Une allusion à "l'affaire" de la supérette du groupe Monoprix à la gare SNCF d'Épinal dans les Vosges. Profitant du statut dérogatoire des gares, ce point de vente commercialise, depuis cet été, des cigarettes aux voyageurs.

Dans le cas des fleuristes partenaires du réseau Florajet, l'irruption de ces magasins sur la vente de grilles de Loto ou de jeux de grattage, serait pour l'instant limitée à quelques magasins. "D'ici la fin de l'année, une vingtaine de fleuristes vont rejoindre ce projet" précise le directeur du développement de Florajet.

Les buralistes sont à cran, à quelques mois de la mise en place dans leurs étals du paquet neutre, obligatoire au 1er janvier 2017. Leur mécontentement n'est que le révélateur d'une profession aux abois, alors que le tabac acheté hors des points de vente autorisés, atteindrait déjà 26,3 % de la consommation nationale.

Frédéric Bergé