BFM Business

Oeufs: Stéphane Le Foll annonce un "guichet unique" pour les producteurs

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, a rencontré les producteurs d'oeufs à la suite de la destruction de plusieurs centaines de milliers d'oeufs.

Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, a rencontré les producteurs d'oeufs à la suite de la destruction de plusieurs centaines de milliers d'oeufs. - -

Le ministre de l'agriculture recevait les producteurs d'oeufs en colère, ce mardi 13 août, à Rennes. Il a annoncé la mise en place d'un "guichet unique" pour ces derniers, qui menacent de reprendre leurs actions si les prix ne remontent pas.

Stéphane Le Foll rencontrait les producteurs d'oeufs en colère, ce mardi 13 août, à Rennes. Si la réunion n'a pas abouti sur des annonces importantes, le ministre a toutefois promis la mise en place d'un "guichet unique" pour les producteurs en difficulté.

Ce guichet s'adressera aux éleveurs qui doivent faire face à des difficultés de remboursement, qu'il s'agisse d'échéances fiscales ou sociales, et assurera un suivi individuel. Stéphane Le Foll s'est aussi engagé à aider les professionnels concernés "à trouver des marchés à l'exportation".

A la suite de cette annonce, les producteurs d'oeufs, réunis en collectif, ont annoncé qu'ils reprendraient leurs actions dans 15 jours, si les prix ne repartent pas à la hausse.

Une mise en cause de la grande distribution

La semaine dernière, les producteurs bretons avaient cassé plusieurs centaines de milliers d'oeufs pour protester contre la surproduction en Europe qui a fait chuter les cours, et la législation sur les élevages de poules pondeuses qui a entraîné des dépenses importantes.

Xavier Beulin, président de la FNSEA, a par ailleurs réclamé, ce mardi, un "débat de fond" sur les prix des produits agricoles et alimentaires, qui ont flambé cette année.

Stéphane Le Foll avait également déploré lundi "une grande distribution qui continue à tirer les prix vers le bas au mépris de l'appareil de production français".

Bruxelles exclut toute intervention

Ce mardi, Bruxelles a exclu tout intervention européenne. "Nous sommes dans un processus d'ajustement du marché, mais pas dans une crise", a expliqué le porte-parole du commissaire européen à l'agriculture.

Il a par contre reconnu une pression sur les prix de la grande distribution. "La somme reçue par les producteurs n'est pas forcément celle payée par les clients (...) il y a une question de juste répartition des coûts", a-t-il poursuivi.

Les éleveurs français vendent leurs oeufs environ cinq centimes pièce contre un coût de revient de sept centimes. En juin, le cours de l'oeuf dans l'Union européenne avait perdu 23% par rapport à juin 2012.

A.D. avec agences