BFM Business

Les salariés d'Ikea en grève à Lyon et en région parisienne

Des mouvements ont déjà été lancés le 5 mai dans des dépôts de stockage du groupe suédois

Des mouvements ont déjà été lancés le 5 mai dans des dépôts de stockage du groupe suédois - Philippe Merle - AFP

Les employés des magasins de Saint-Priest et de Villiers-sur-Marne protestent contre la réduction du montant des enveloppes des augmentations annuelles.

Plusieurs dizaines de salariés étaient en grève ce vendredi pour des revendications salariales sur les sites des magasins Ikea de Saint-Priest, près de Lyon, et Villiers-sur-Marne (94) a-t-on appris de sources concordantes.

Selon Ikea France contacté par l'AFP, "une vingtaine de salariés seraient en grève à Villiers et une quarantaine à Saint-Priest", sur environ "400 collaborateurs" dans chaque magasin.

La CGT estime elle à plus de 120, le nombre des salariés ayant répondu à son appel dans ces deux magasins dans des proportions comparables néanmoins au décompte de la direction.

L'enveloppe des augmentations en cause

"Le magasin de Villiers est ouvert car la direction a fait appel à des intérimaires ou d'autres salariés", explique Hocine Redouani, délégué CGT Ikea pour l'Ile de France.

À Saint-Priest, "les cadres s'organisent pour tenir les postes" et maintenir le magasin ouvert, selon Muriel Martinez, responsable CGT du site.

Les salariés protestent contre "la baisse de l'enveloppe d'augmentation des salaires". "Elle doit passer de 1,6% de la masse salariale en 2016, à 1,1% en 2017 et 80% des salariés auront moins de 0,5% d'augmentation", précise Hocine Redouani.

Selon Ikea, la direction "a proposé une augmentation moyenne de 1,1% à laquelle s'ajoute 1% de prime d'ancienneté".

Un premier mouvement lancé

Les grévistes devaient se réunir en fin de journée pour décider ou pas de la poursuite du mouvement. Cette action fait suite à un premier débrayage sur le site de Villiers-sur-Marne lundi et une occupation symbolique mardi du siège de la direction d'Ikea à Plaisir (Yvelines) par une vingtaine de salariés syndiqués à la CGT, lors de l'ouverture des Négociations annuelles obligatoires (NAO).

Elle s'ajoute à un mouvement lancé le 5 mai dans les quatre dépôts de stockage d'Ikea: Châtres (Seine-et-Marne), Metz (Moselle), Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) et Saint-Quentin-Fallavier (Rhône).

Pendant les NAO concernant les sites de logistique, "clôturées sans accord le 19 mai", l'activité "a cessé ou ralenti trois jours" sur le mois de mai, selon la direction. La CGT parle de "grèves perlées".

J.M. avec AFP