BFM Business
Conso

Les Français confortent leur titre de plus gros buveurs de vin rosé au monde

Entre mai et juillet, les Français ont acheté davantage de rosé que de vin rouge. Avec, de surcroît, un chiffre d'affaires généré en hausse de près de 10% par rapport à 2021. Un succès imputable à un printemps et un été très chaud.

Chaleur oblige, depuis mai, les Français achètent plus de rosé que de vin rouge. Il s’en est vendu pour près 400 millions d’euros rien que dans les hyper et supermarchés (drive compris) selon les décomptes de la société NielsenIQ. C’est 20 millions d’euros plus que le vin rouge, qui pourtant occupe davantage de place dans les rayons. Mais surtout, les fortes températures observées un peu partout dans l’Hexagone en mai et juin, ont propulsé le rosé à des niveaux de ventes bien supérieur à ceux de l’année dernière. Selon NielsenIQ, le chiffre d’affaires réalisé par la grande distribution a augmenté de 9,8% par rapport à la même période de 2021. Alors que les ventes de vins rouge ont baissé, toujours en valeur, de 8,5%.

Croissance des ventes: le rosé largement devant la bière

Par ailleurs, les experts de NielsenIQ notent que, cette année, la bière n’a pas été autant favorisée que le vin rosé par les conditions climatiques. Le chiffre d’affaires généré par les canettes, bouteilles et futs n’a augmenté que de 3% alors que les brasseurs, affectés par la hausse des cours de leurs matières premières, ont amplement réhaussé leurs tarifs. Heineken a augmenté ses prix de 9%, ABInbev, le producteur belge de la Leffe, de 8%. Un été chaud qui a également fortement favorisé les ventes d'eaux minérales qui ont atteint des records.

Avec une telle envolée des ventes de rosé, les Français ne peuvent que conforter leur titre de champion du monde. Selon le dernier rapport de Observatoire mondial du rosé, la France assure à elle seule 35% de la consommation mondiale. Loin donc devant les Etats-Unis, le numéro 2 mondial qui se contentent d’en absorber 15%. Et ce alors que la France compte cinq fois moins d’habitants.

Plus de 20 bouteilles par an

Pour bien se figurer l’amour immodéré des Français pour le rosé, il suffit de regarder le nombre moyen de bouteilles consommés rapportée au nombre de Français de plus de 18 ans (et donc en âge d’en acheter): un peu plus de vingt par an, avant même cette nouvelle envolée estivale.

Un rosé très majoritairement issu du vignoble français. Les viticulteurs français sont en effet, de loin, les premiers producteurs de rosé dans le monde. En 2019 (dernières données disponibles), l’équivalent de 933 millions de bouteilles sont sortis de ses chais, soit plus de 30% de la production mondiale.

Pour autant, les Français achètent aussi du rosé étranger. La consommation nationale dépasse en effet la production. La France est, même depuis des années le premier pays importateur de rosé, principalement du vin d’entrée de gamme. Les viticulteurs français, forts de leur réputation, parviennent à exporter correctement leurs bouteilles haut de gamme, même si leurs concurrents espagnols dominent toujours le marché du rosé à l’export.

Pierre Kupferman
https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco