BFM Business

Leclerc, Casino, Système U, Carrefour, Intermarché, Auchan et Cora ont vendu des produits rappelés par Lactalis

Après Leclerc, les distributeurs Auchan, Système U, Intermarché, Carrefour et désormais Cora ont reconnu que des produits Lactalis faisant l'objet d'un rappel avaient quand même pu être achetés par des consommateurs

"Un trou dans la raquette": Leclerc a tenté d'expliquer comment des laits Lactalis qui auraient dû être retirés de ses rayons ont finalement été vendus, un raté qu'ont subi d'autres enseignes, qui annoncent l'une après l'autre des failles dans le rappel.

Auchan a annoncé mercredi avoir vendu 52 boîtes de lait infantile Lactalis qui auraient dû être retirées de ses rayons en raison d'une contamination aux salmonelles. Puis Système U a reconnu avoir vendu 384 boîtes de lait incriminées. Intermarché a pris la suite, indiquant ne pas connaître encore le nombre de lots concernés, mais prévenant qu'il cessait de vendre la marque Milumel, du groupe Lactalis, dont il dénonce "la gestion chaotique de la crise". Puis Carrefour a annoncé avoir vendu 434 produits concernés par le rappel. Et enfin Casino a admis avoir vendu dans ses magasins éponymes, mais aussi d'enseignes Géant et Franprix, quelque 403 articles rappelés par Lactalis.

Le groupe, comme Monoprix mercredi, a annoncé ce jeudi la mise en place d'un blocage des codes-barre. Dans l'hypothèse où "par extraordinaire" des produits concernés, laits ou céréales infantiles, seraient encore dans les rayons, "ils ne peuvent plus être vendus", a indiqué une porte-parole. Par ailleurs, Casino a entrepris de contacter les clients non-titulaires de cartes de fidélité via leurs numéros de cartes bancaires par l'intermédiaire des banques. Toutefois, les numéros de cartes étant, pour des raisons de confidentialité, tronqués dans les systèmes informatiques, "tout dépend de la collaboration des établissements bancaires".

Un "bug inadmissible"

Celui qui a lancé la vague d'aveux des distributeurs mardi, Michel-Édouard Leclerc, a pour sa part déclaré ne pouvoir "que constater et confirmer l'existence de défaillances dans les opérations de retrait effectuées par certains magasins de notre enseigne", a-t-il écrit sur son blog, reconnaissant un "bug inadmissible". En dépit du rappel de produits lancé en décembre à la suite de la découverte d'une contamination aux salmonelles dans une de ses usines, 984 produits Lactalis ont échappé à la procédure et ont été vendus dans plusieurs magasins Leclerc.

Système U a pour sa part annoncé que "384 boîtes de lait ont échappé à cette procédure de rappel mise en oeuvre dès le 21 décembre et ont été vendues dans les jours qui ont suivi", dans un communiqué. Système U, qui a "instantanément procédé à l'appel des clients identifiés".

De son côté, Auchan a expliqué que "malgré le retrait effectif de 36.000 produits, 52 produits supplémentaires - des boîtes de lait infantile - ont échappé à la vigilance de nos équipes et ont été vendus après la date du rappel sur 28 magasins (hypermarchés et supermarchés)". Le distributeur se dit par ailleurs "consterné et présente ses excuses pour ces erreurs subies par ses clients".

"Des sanctions pénales prévues"

Le 2 janvier dernier, "un magasin a reçu une livraison comprenant des références concernées par le rappel du 21 décembre. Suite à cette anomalie, Auchan Retail France a lancé un audit approfondi de la situation dans chacun de ses magasins afin de vérifier la parfaite application de la procédure de rappel", explique le groupe. "Des clients ont d'ores et déjà été informés permettant le rappel des produits incriminés, les derniers clients sont en train d'être identifiés et contactés. Le numéro consommateurs Auchan (03.5930.5930) est à la disposition des consommateurs qui auraient des questions", poursuit Auchan.

Au même moment, la Répression des fraudes a indiqué qu'elle était en train de procéder à des contrôles partout en France pour vérifier que les produits avaient bien été retirés des rayons et des stocks dans toute la chaîne de distribution, des magasins aux hôpitaux en passant par les pharmacies. Et le porte-parole du gouvernement a haussé le ton ce jeudi. "En cas de dissimulation, il y a des sanctions pénales prévues" a prévenu Benjamin Griveaux au micro de BFMTV, ajoutant que "l’urgence, c’est que toutes les familles soient alertées et que tous les lots soient retirés".

Le 21 décembre, Lactalis a procédé au rappel de l'ensemble de ses laits et autres produits infantiles élaborés dans son usine de Craon depuis février 2017 après la découverte d'une contamination aux salmonelles. Au 20 décembre, Santé publique France avait recensé 35 nourrissons atteints de salmonellose en France depuis mi-août, dont 31 ayant consommé un lait infantile de l'usine de Craon

Des alternatives?

Vous êtes parents et éventuellement concernés par des lots de lait contaminé? Sachez qu'il existe des alternatives. En décembre, la société française de pédiatrie avait d'ailleurs publié une liste avec des substituts possibles.

N.G. avec AFP