BFM Business

Lactalis: nouveau rappel de laits infantiles contaminés

625 lots de laits infantiles sont rappelés, et non pas 620.

625 lots de laits infantiles sont rappelés, et non pas 620. - Tatlin - Pixabay

La semaine dernière, Lactalis a rappelé plus de 600 lots de laits infantiles en raison d'un risque de contamination par des salmonelles. Le groupe mayennais a demandé le retrait du marché de cinq nouveaux lots.

Lactalis procède à un nouveau rappel de lots de laits infantiles. Le groupe mayennais a demandé, il y a trois jours, le retrait du marché de cinq lots fabriqués sur le site de Craon en Pays de la Loire, révèle France Bleu Mayenne. Il s'agit du lait infantile Picot picogest première âge, deuxième âge et troisième âge. Voici les références:

-
- © -

Michel Nalet, responsable de la communication chez Lactalis, nous explique que les cinq lots sont en fait un oubli sur les 625 lots de lait rappelés le 10 décembre dernier. "L’arrêté ministériel du dimanche matin, ne reprenait pas les 5 lots qu’on avait transmis dans notre liste. Mais les marques en question, étaient déjà concernées par le retrait globalement".

Contactées par l'AFP, la direction de Lactalis et la DGCCRF (Répression des fraudes) ont indiqué que cinq lots qui ne figuraient pas dans la liste initiale du 10 décembre avaient été rajoutés par la suite. "Lactalis a procédé volontairement le 13 décembre au retrait-rappel de cinq nouveaux lots de produits de nutrition infantile produits sur son site de Craon. Ces cinq lots n'apparaissaient pas dans les fichiers que nous avait transmis Lactalis le weekend dernier, fichiers sur le fondement desquels a été pris l'arrêté ministériel de retrait-rappel", a affirmé la DGCCRF. "Compte-tenu de ces éléments, nous avons demandé à Lactalis de s'assurer de l'exhaustivité de la procédure de retrait-rappel et de nous adresser des informations consolidées", selon la Répression des fraudes.

Michel Nalet précise: "Depuis mardi, tous nos clients, pharmaciens et les grossistes ont été informés pour pouvoir retirer ces cinq lots du marché". S'il n'y a pas eu de communication officielle sur le sujet, c'est parce que "nous avons informé par affichettes et en magasins tous les pharmaciens, et que c’est la procédure que l’on a vue avec la DGCCRF", explique Michel Nalet.

Une première plainte va être déposée

Quentin Guillemain, père d'une petite fille de trois mois (qui consommait un des laits concernés par le rappel mais n'est pas tombée malade), indique à l'AFP avoir découvert l'existence de ces cinq lots "via un document de l'ordre des pharmaciens transmis par une mère et comportant cinq références qui ne figuraient pas dans les listes mise à disposition par Bercy et Lactalis".

"Le grand public n'était pas informé du danger potentiel de ces cinq lots, ce qui est inquiétant et désastreux en termes d'information. Je vais déposer plainte lundi auprès du parquet de Paris pour mise en danger de la vie d'autrui et non-assistance à personne en danger contre Lactalis et la pharmacie" où il a acheté le lait, a-t-il précisé. Il s'agira de la première plainte dans cette affaire, qui sera déposée au pôle Santé publique du parquet de Paris. "Il y a une responsabilité de Lactalis dans la contamination des lots. Il y a un problème de sécurité sanitaire, sur lequel une enquête judiciaire devra faire la lumière, et qui a entraîné la contamination des lots", a expliqué à l'AFP Me Jade Dousselin, l'avocate du plaignant.

"Pas de nature à maîtriser le risque de contamination"

Dimanche dernier, le gouvernement a annoncé un retrait massif de laits infantiles du groupe Lactalis en raison d'un risque de contamination par des salmonelles. Alors que Lactalis avait rappelé douze références de laits infantiles fabriqués dans son usine de Craon (Mayenne) le 2 décembre, le ministère de l'Économie et des Finances a publié dimanche 10 décembre une liste beaucoup plus importante, de 620 lots, soit près de 7.000 tonnes de produits, qui sont rappelés, interdits à la consommation et à l'exportation.

Bercy estimait que les mesures prises par le groupe depuis le 2 décembre ne sont "pas de nature à maîtriser le risque de contamination" par ces bactéries. Le précédent rappel avait été ordonné après la contamination par des salmonelles de 20 bébés de moins de six mois, qui avaient consommé ces produits. Mais cinq nouveaux cas avaient ensuite été, dont un qui avait consommé un lait de riz ne figurant pas parmi les produits rappelés le 2 décembre.

Les investigations ont détecté, selon le porte-parole de Lactalis, une "cause probable de contamination survenue sur l'une de nos tours de séchage (de l'usine de Craon) dans la période du 1er au 6 mai".

Faire bouillir le lait pendant deux minutes

Les salmonelloses sont des intoxications alimentaires allant de la gastroentérite bénigne à des infections plus graves. Elles sont potentiellement plus dangereuses pour les jeunes enfants, les personnes âgées ou affaiblies.

Dans l'immédiat, le ministère a demandé aux parents, "dans la mesure du possible, de ne pas (...) utiliser" les produits concernés. Au pire, les pédiatres recommandent de faire bouillir le lait pendant deux minutes. Le liste des lots concernés est disponible sur le site du ministère de la Santé, www.solidarites-sante.gouv.fr. La direction générale de la Santé a ouvert le numéro d'information gratuit 0800 636 636 (7 jours sur 7, de 09H00 à 20H00), Lactalis le 0800 120 120 et le service client de Carrefour est joignable au 0969 397 000 (appel non surtaxé). Quant aux pharmaciens, "ils ont été immédiatement mobilisés pour ne plus délivrer les produits concernés", "répondre aux questions des parents" et les orienter vers des laits de substitution, selon un communiqué de l'Ordre national des pharmaciens.

D. L.