BFM Business

Le timbre à 80 centimes en 2018?

La Poste voudrait augmenter le prix du timbre au cours des 4 prochaines années.

La Poste voudrait augmenter le prix du timbre au cours des 4 prochaines années. - -

Le conseil d'administration de la Poste, qui se tient ce jeudi, va examiner les pistes pour maintenir sa rentabilité, très affectée par la baisse de l'activité courrier. Il voudrait obtenir l'autorisation d'augmenter le prix du timbre ces 4 prochaines années.

La Poste a bien du mal à faire face à la concurrence des courriels et du téléphone. Ce jeudi 26 juin, le conseil d'administration du groupe se réunit pour préciser son plan d'action baptisé "conquérir l'avenir", présenté en janvier dernier.

Pour compenser le déficit enregistré par l'activité courrier, le groupe public veut augmenter du prix du timbre. La Poste a demandé à son autorité de tutelle, l'Arcep, de pouvoir appliquer une hausse annuelle équivalente à l"inflation + 3,5%". Actuellement, elle n'a l'autorisation d'appliquer qu'une augmentation équivalente à "l'inflation + 1%".

Concrètement, le timbre pour un lettre prioritaire de 20 g, actuellement vendu 66 centimes, pourrait passer à 69 centimes dès l'année prochaine. Pour atteindre 80 centimes en 2018. L'Arcep doit donner sa réponse au cours de l'été.

Pas sûr que ces augmentations permettent aux consommateurs de retrouver le gout d'écrire des lettres. D'ailleurs, La Poste table sur un recul des volumes 6,4% de, 2015, puis de 6,7% en 2016 et 2017, avant de plonger de 7,4% en 2020.

Rationaliser le réseaux de bureaux

L'augmentation des tarifs n'est pas le seul levier que le groupe va actionner. Il va aussi faire jouer la rationalisation des coûts et des structures. Ainsi, le réseau de bureaux de Poste devrait être réaménagé, et s'adapter au mode de vie des clients en élargissant les horaires d'ouverture en soirée de certains d'entre eux.

Quant aux facteurs, ils devraient, eux aussi, participer aux efforts, en devenant "multicartes", et s'acquitter de services de proximité comme la livraison de médicaments.

Mais surtout la Poste compte sur son activité banque pour se maintenir à flot. Le groupe vise pour l'établissement bancaire un résultat d'exploitation de 840 millions d'euros en 2014 et 936 millions en 2015, puis 1,1 milliard en 2017 pour finalement atteindre 1,5 milliard en 2020.

C.C.