BFM Business

Le nouveau DG de Sanofi pourrait être payé plus de 4 millions d'euros par an

Sanofi retrouvera un directeur général le 2 avril.

Sanofi retrouvera un directeur général le 2 avril. - Charly Triballeau - AFP

Olivier Brandicourt va arriver au poste de directeur général de Sanofi le 2 avril. Sa rémunération fixe sera de 1,2 million d'euros par an, à laquelle s'ajoute une part variable et des actions.

Sanofi pourrait consacrer plus de quatre millions d'euros par an à la rémunération d'Olivier Brandicourt, son prochain directeur général, montre un communiqué publié vendredi par le groupe

Le groupe pharmaceutique a prévu une rémunération fixe annuelle brute de 1,2 million d'euros, une rémunération variable "cible" de 150% de la rémunération annuelle fixe et susceptible d'atteindre 250% de celle-ci, ainsi qu'une rémunération en actions qui consistera en une attribution annuelle de 220.000 options de souscription d'actions et de 45.000 actions de performance.

Pour saluer son arrivée dans l'entreprise, Sanofi se prépare en outre à lui verser une indemnité forfaitaire brute de deux millions d'euros payable à sa prise de fonction, renouvelable s'il reste dans l'entreprise en 2016, à laquelle s'ajoutera l'attribution de 66.000 actions de performance sous condition de performance.

Rétablir des liens de confiance avec son conseil d'administration

Sanofi a mis fin jeudi à une embarrassante vacance à sa tête en nommant directeur général Olivier Brandicourt, un Français dont la première mission sera de rétablir des liens de confiance avec son conseil d'administration, échaudé par l'indépendance de son prédécesseur.

Olivier Brandicourt, dont le nom était mentionné depuis quelque temps dans la presse, dirige actuellement les activités pharmaceutiques du groupe allemand Bayer. "En accord avec son ancien employeur", Olivier Brandicourt prendra ses fonctions le 2 avril, a précisé Sanofi dans un communiqué.

Sanofi, qui dispute à Total le titre de première capitalisation de la Bourse de Paris, n'avait plus de directeur général depuis l'éviction fin octobre de Chris Viehbacher, à la double nationalité allemande et canadienne. L'intérim était assuré depuis par le président du conseil d'administration Serge Weinberg, un ancien haut fonctionnaire reconverti dans le capital investissement.

D. L avec Reuters