BFM Business

La succession du PDG de Carrefour s’accélère

Le mandat de Georges Plassat se termine en mai 2018.

Le mandat de Georges Plassat se termine en mai 2018. - Mathieu Alexandre AFP

Une transition interviendra dès le printemps prochain. Le premier actionnaire Philippe Houzé vise la présidence du groupe.

Carrefour cherche un nouveau patron. Selon plusieurs sources proches de la direction, un processus de sélection a été officiellement lancé pour trouver des candidats à la succession de Georges Plassat, âge de 67 ans. Le mandat du PDG se termine en mai 2018 mais le passage de relais démarrera dès le printemps prochain. L’idée retenue est d’introniser le successeur de Georges Plassat lors de l’assemblée générale de mai 2017. Les deux hommes évolueront en tandem pendant un an, le temps de la transition. Dans le même temps, le nouvel homme fort de Carrefour, Philippe Houzé, pourrait devenir vice-président du groupe en mai prochain. Le patron des Galeries Lafayette, premier actionnaire de Carrefour à 11,5%, vise ensuite, dans un deuxième temps, la présidence après le départ de Georges Plassat, en 2018.

Par ailleurs, le choix du prochain directeur général cristallise les tensions entre l'actuel PDG et son premier actionnaire. Chacun veut gérer la succession et choisir le futur DG de Carrefour. Philippe Houzé s’agite depuis plusieurs mois pour trouver un candidat. Selon les informations de BFM Business, il a déjà un candidat en tête, un manager français d’un distributeur à l’étranger. Le nom de Pierre Bouchut, ancien directeur financier de Carrefour, aujourd’hui directeur opérationnel du belge Delhaize, circule. Philippe Houzé a en tout cas approché le PDG de Fnac-Darty, Alexandre Bompard, même s’il est "trop tôt pour qu’il quitte la Fnac", tranche un de ses amis. Aucun candidat interne n’est réellement envisagé.

Tensions avec les actionnaires

"Plassat est tout à fait favorable à une transition en duo pendant un certain temps" défend l’un de ses amis, reconnaissant que les deux hommes s’appréciaient peu. Mais "Houzé pousse à ce que la succession opérationnelle se fasse rapidement" explique un proche qui l’a croisé récemment. Il est soutenu par le Brésilien Abilio Diniz, actionnaire de 8% de Carrefour et de 12% de sa filiale brésilienne. L’un et l’autre souhaitent accélérer l’introduction en Bourse de la filiale de Carrefour au Brésil. Et réduire à nouveau les effectifs du siège du groupe, ce que refusait de faire Georges Plassat après l’avoir déjà fait en 2012. D’une manière générale, ils insistent pour faire remonter l’action du distributeur qui a plongé de 25% en un an. "C’est une catastrophe, les investissements de tous les grands actionnaires sont en pertes, décrypte un proche du groupe. Et le dialogue ne passe pas avec Plassat". "Même Bernard Arnault, pourtant discret, se plaint de sa trop forte indépendance vis-à-vis des actionnaires" ajoute un proche du PDG de LVMH qui détient 9% de Carrefour.

Après les heures de gloire de celui qui a redressé Carrefour en France, Georges Plassat fait face à un recul des ventes dans l’Hexagone. Le chiffre d’affaires a reculé de 0,6% sur les neuf premiers mois de 2016. Son départ sonnera aussi la transition entre les actionnaires financiers sortants Bernard Arnault et le fonds Colony et la reprise en mains par les nouveaux industriels de la distribution que sont Philippe Houzé et Abilio Diniz.

Matthieu Pechberty