BFM Business

La Poste: comment le monde s'adapte à la fin du courrier

Au Canada, la tournée des facteurs est raccourcie grâce à des boites aux lettres collectives.

Au Canada, la tournée des facteurs est raccourcie grâce à des boites aux lettres collectives. - -

La Poste va augmenter le tarif de ses timbres pour tenter de réduire ses pertes sur l'activité courrier. Les pays ont différentes méthodes pour faire face à la chute mondiale du volume de courrier.

Le prix du timbre pourrait augmenter fortement. L'Arcep, l'autorité de régulation, a annoncé ce 25 juillet que La Poste allait pouvoir augmenter ses tarifs de 5,2% par an pendant quatre ans à partir du 1er janvier prochain. Depuis plusieurs années, le groupe est confronté à une chute des volumes de courrier qui plombe ses performances.

La donnée essentielle à retenir: en 2007, 18 milliards de lettres et petits colis transitaient par la poste. En 2020, ce sera 9 milliards, moitié moins. Bref, le courrier n'est plus une activité rentable pour La Poste.

Philippe Wahl, son patron, expliquait récemment qu'une stagnation des prix conduirait à une perte de 3 milliards d'euros. L'activité repose aujourd'hui sur la Banque Postale, qui compte pour les deux tiers du résultat. Même si l'activité colis est toujours très dynamique.

Des boîtes aux lettres collectives

La France n'est pas la seule à connaître ce phénomène de volumes de courrier en baisse. En Grande Bretagne, on a choisi la voie de la privatisation, avec comme souci la compétitivité et l'efficacité. L'objectif est de donner plus de liberté commerciale à l'entreprise.

En Italie, on réfléchit aussi à la privatisation. Elle est à priori prévue pour novembre prochain. Même situation, même objectifs.

Il s'agit en fait d'une tendance de fond: toutes les postes européennes connaissent ce phénomène, très liée à la percée des échanges électroniques, souligne un expert du secteur.

Les Etats-Unis, eux, ont pris une mesure choc: plus de distribution de courrier le samedi. Une mesure qui génère 2 milliards de dollars d'économie. Enfin, le Canada remplace petit à petit ses facteurs par des boîtes aux lettres collectives.

Jean-Baptiste Huet