BFM Business

La loi Macron va permettre à Darty de créer 50 postes

Darty va créer 50 CDI (photo d'illustration)

Darty va créer 50 CDI (photo d'illustration) - Jean-François Monnier - AFP

Le groupe d'électroménager a annoncé, ce mardi 13 octobre, être parvenu à un accord avec ses salariés pour ouvrir les dimanches ses magasins situés dans les zones touristiques internationales, comme le prévoit la loi Macron. Ce qui va permettre de générer 50 CDI.

Darty va grossir ses effectifs. Ce mardi 13 octobre, le groupe d'électroménager a annoncé être parvenu à un accord avec ses syndicats sur les ouvertures dominicales, lui permettant d'ouvrir dès ce dimanche tous ses magasins parisiens situés dans les zones touristiques internationales (ZTI) qui viennent d'être établies dans le cadre de la loi Macron.

"Dans le cadre de ces ouvertures, 50 emplois en CDI vont être créés immédiatement afin d'offrir aux clients la meilleure qualité d'accueil dans les magasins", annonce l'enseigne de distribution d'électroménager et de produits techniques dans un communiqué.

Pas d'ouvertures en soirée

Les magasins parisiens Darty désormais ouverts le dimanche sont ceux de Beaugrenelle (Paris 15e), de Bibliothèque (13e), Montmartre (18e), Rivoli (1er), Madeleine (8e), Ternes (17e) et République (11e), soit près de la moitié des 15 magasins du groupe situés dans la capitale.

"Ces ouvertures sont rendues possibles grâce à un accord d'entreprise avec les organisations syndicales représentatives du personnel", est-il indiqué. Cet accord prévoit que le travail du dimanche se fera sur la base du volontariat et fera l'objet de "primes" en plus de la rémunération habituelle et d'un repos compensateur. Darty précise qu'à ce jour, il ne compte pas ouvrir ses magasins en soirée, bien que la loi l'y autorise.

Le ministère de l'Economie a publié le 24 septembre la carte des ZTI, zones dans lesquelles les commerces auront la possibilité d'ouvrir tous les dimanches et en soirée.

Des négociations parfois difficiles

Ces extensions d'ouvertures sont toutefois entièrement soumises à l'obtention d'un accord avec les syndicats ou avec les salariés de l'entreprise. Si certains comme le centre commercial Beaugrenelle ont réussi à obtenir de tels accords, les négociations sont plus difficiles pour un certain nombre d'enseignes.

C'est le cas notamment des grands magasins parisiens, où des discussions de branche ont été entamées début octobre, mais risquent fort de ne pas aboutir avant au moins six mois, comme l'a estimé récemment le président de l'Union du commerce de centre-ville (UVC), Claude Boulle.

Beaucoup de syndicats, avec au premier rang desquels le Clic-P, qui regroupe des syndicats du commerce parisiens (CGT, Seci-Unsa, SUD, militants CFDT en conflit avec leurs instances), ont depuis plusieurs semaines clairement manifesté leur opposition à l'extension des ouvertures dominicales. Une grande manifestation est prévue ce jeudi.

J.M. avec AFP