BFM Business

La filière viticole s’attend à une petite récolte

Les vignes françaises ont souffert de la mauvaise météo et des intempéries du mois d'août.

Les vignes françaises ont souffert de la mauvaise météo et des intempéries du mois d'août. - -

Les vendanges seront moins bonnes que prévues, même si elles ne seront pas aussi catastrophiques qu'en 2012, selon les professionnels. Le production de vin français devrait s'élever à 43,5 millions d'hectolitres.

Début août, le ministère de l’Agriculture tablait sur une hausse de 11% de la production de vin. Il n’en sera finalement rien, prévient la filière. Les professionnels de la viticulture s’attendent en effet à l’"une des plus petites récoltes enregistrées en France, après celle déjà historiquement faible de 2012".

D’après leurs estimations, les vendanges en cours devraient permettre de produire 43,5 millions d’hectolitres, alors que le ministère en espérait 45,8 millions.

La production resterait ainsi inférieure à son niveau moyen sur les dix dernières années. En 2012, la production de vin avait atteint 41,3 millions d’hectolitres

Un long hiver et une mauvaise météo

Des orages de grêle et des conditions météorologiques défavorables ont causé d’importants dommages aux vignobles, notamment dans le Bordelais et en Bourgogne. L’hiver prolongé et le mauvais printemps avait déjà occasionné un retard de deux à trois semaines dans les vignes.

Seuls les producteurs champenois sont optimistes. "Nous avons un potentiel pour une très belle vendange, à la fois qualitativement et quantitativement", se félicitait Thibaut Le Mailloux, porte-parole du Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (CIVC), mi-août.

L’estimation officielle et définitive de FranceAgrimer, qui dépend du ministère de l’Agriculture, sera publiée début septembre.

A.D. avec AFP