BFM Business

La canicule n'a pas suffi à doper les soldes d'été

Le principe des soldes d"hiver et d'été est obsolète, clame la fédération de l'habillement, car les consommateurs sont habitués à faire des affaires toute l'année.

Le principe des soldes d"hiver et d'été est obsolète, clame la fédération de l'habillement, car les consommateurs sont habitués à faire des affaires toute l'année. - Philippe Huguen - AFP

Si les grands magasins s'en sortent plutôt bien, ce n'est pas le cas des commerces indépendants, qui ont vu leur chiffre d'affaires reculer de 8%. Pour donner un nouvel élan aux soldes, ils demandent un redécoupage du calendrier.

Avec les fortes chaleurs, les Français se sont certes rués sur les débardeurs et les shorts proposés en soldes. Mais cela n'a pas empêché les commerçants de constater une nouvelle baisse de leur panier moyen: chaque Français a dépensé à l'issue de son passage en caisse de l'ordre de 2% à 3% de moins qu'il y a un an. Et, malgré une semaine supplémentaire, les soldes, qui prennent fin ce mardi 4 août, n'affichent pas un bilan meilleur que celui de l'an dernier.

Pourtant, les commerçants avaient tout mis de leurs côtés, en proposant des rabais intéressants très rapidement. Ils ont aussi limité leurs stocks dès le départ pour ne pas se retrouver avec des montagnes de produits invendus comme cet hiver. Les grands magasins sont ceux qui s'en sortent le mieux, notamment parce que les touristes sont venus en masse profiter des bonnes affaires. Les magasins indépendants eux affichent un chiffre en repli de l'ordre de 8%.

Un "plan marshall" des soldes

Et pour que les soldes retrouvent leur intérêt auprès des clients, inondés par les promos et les ventes privées tout au long de l'année, ils demandent un changement de calendrier. Leur constat : l'été démarre le 21 juin et 3 jours plus tard, les soldes commencent. Une aberration pour Bernard Morvan, le président de la fédération nationale de l'habillement. Il propose de remettre à plat toute la réglementation.

Les deux périodes, soldes d'été et soldes d'hiver, sont obsolètes, explique ce dernier, puisque les Français n'attendent plus ces moments pour faire de bonnes affaires. Mais aussi parce que 90% des commerçants sont approvisionnés en permanence. La Fédération propose ce qu'elle appelle un "plan marshall" des soldes. Avec 4 périodes de soldes dans l'année mais plus courtes, de deux ou 3 semaines, mais mieux réparties en fonction des collections. 80.000 emplois sont en jeu.

L'an dernier, près de 4.000 indépendants ont mis la clé sous la porte. Ce devrait être la même chose cette année.

H.C. avec C.C.