BFM Business

La baisse du prix de l'essence déçoit les Français

Les Français jugent sévèrement la baisse des prix de l'essence

Les Français jugent sévèrement la baisse des prix de l'essence - -

Selon un sondage BVA publié ce jeudi 6 septembre, le moral de nos concitoyens est en chute libre. Seul, le relèvement du plafond du livret A les satisfait vraiment.

La baisse du prix de l’essence ne soulève pas les foules, c’est le moins que l’on puisse dire. Selon un sondage BVA pour BFM Business, BFM TV, Avanquest et Challenges publié jeudi 5 septembre, 72% des sondés sont largement déçus par la baisse des prix des carburants. Ils sont 46% à trouver la mesure "pas assez généreuse", et 26% à la trouver "trop coûteuse". Seuls 27% des sondés jugent que la baisse de six centimes du litre d’essence est "bien équilibrée entre coût et générosité".

La hausse du Smic jugée insuffisante

Cette mesure n’est d’ailleurs pas la seule à décevoir. S’agissant de la hausse du Smic (de 2%), moins de la moitié des Français (42%) la juge équilibrée, quand 44% auraient désiré une hausse plus forte, 13% la jugeant trop coûteuse.

L’allocation de rentrée scolaire, augmentée de 25%, reçoit un avis mitigé (46% la juge bien équilibrée, 47% trop coûteuse et 6% pas assez généreuse).

Seul point réellement positif, le relèvement du plafond du livret A, saluée par 60% des sondés, contre 38% d’avis défavorables.

Le moral des Français en chute libre

Concernant les emplois d’avenir, l’opinion est, là aussi, largement divisée. Si 50% des Français estiment qu’il s’agit d’une bonne mesure, 49% pensent le contraire. Comme les 35 heures en leur temps, ces contrats sont largement plébiscités par les sympathisants de gauche (82%) et rejetés par ceux de droite (86%).

Seule la BCE réussît à fédérer autour d’elle : 72% des Français estiment qu'elle doit intervenir pour aider les pays en difficulté, et 25% y sont hostiles.

Dans l’ensemble, le moral des Français est en chute libre : 67% d’entre eux se montrent pessimistes en ce qui concerne l’avenir de la France quand 30% gardent espoir. C’est le niveau le plus bas atteint depuis l’élection de François Hollande.

BFMbusiness.com