BFM Business

L’agroalimentaire promet d'utiliser de l'huile palme "durable"

Les professionnels veulent se prémunir contre une future taxe

Les professionnels veulent se prémunir contre une future taxe - -

Un mois après l’annonce de l'abandon de la "taxe Nutella" par Jean-Marc Ayrault, six groupes alimentaires et trois organisations professionnelles s’unissent en promettant d'utiliser une huile de palme durable et certifiée d’ici à 2015.

Les industriels contre-attaquent. Dix mois après avoir été mis-en-cause par la commission des affaires sociales du Sénat pour l’utilisation d’huile de palme dans la fabrication de leur produit, six entreprises, Ferrero, Nestlé, Unilever, Vandermoortele, CSM, Cérélia, et trois organisations professionnelles, l'Association nationale des industries agroalimentaires, Alliance 7 et la Fédération nationale des industries de corps gras, ont décidé de former une Alliance française pour une huile de palme durable.

Cette association s’engage à utiliser d’ici à 2015 une huile de palme répondant aux critères environnementaux de la RSPO (Round Table of Sustainable Oil), une organisation à but non-lucratif créée en 2004 pour promouvoir une huile de palme durable.

Labélisation critiquée

Actuellement, seuls 15 % des quantités d’huile de palme produites répondent aux critères fixés par la RSPO. Avec la création de l’Alliance, les professionnels du secteur espèrent "favoriser d’un système de traçabilité important", indiquent-ils dans leur communiqué.

Cette initiative répond aux vives critiques lancées par des associations de consommateur, des sénateurs, et certains distributeurs. Très riche en acides gras, l’huile de palme favoriserait l’obésité et les maladies cardio-vasculaires. Sa production croissante constituerait également une menace pour les forêts en Asie du Sud-Est, remplacées par des plantations de palmiers.

Un temps envisagée, la "taxe Nutella", une taxation à hauteur de 300% des produits contenant de l’huile de palme a finalement été enterrée par Jean-Mac Ayrault le 30 juillet, lors d’une visite en Malaisie, un pays qui représente 40% de la production mondiale d’huile de palme.

Thomas Saint-Cricq et AFP