BFM Business

Jacques Creyssel: décaler les soldes fut "une énorme erreur"

Sur notre antenne, Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération Commerce et Distribution, indique que le bilan des soldes d'hiver n'est "pas merveilleux".

Les soldes d'hiver s'achèveront mardi. Malheureusement pour les commerçants, les deux semaines de prolongation n'ont pas permis d'inverser la tendance. Le bilan des soldes n'est "pas merveilleux", affirme sur BFM Business Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération Commerce et Distribution (FCD).

Une conséquence selon lui de la crise sanitaire qui a modifié les habitudes des Français. "Les gens n’achètent plus, ou moins de vêtements. Ils sont en télétravail, ils ne sortent pas, ne vont pas au restaurant", détaille Jacques Creyssel. Résultat, "on est parfois à des -10% ou -20% par rapport à l'année dernière".

"Quand vous récupérez vos enfants à 17h30, vous n'allez pas faire les courses après"

"Puis il y a eu une énorme erreur, celle de décaler les soldes au moment où les magasins des centres commerciaux fermaient. Ce n'était quand même pas le moment idéal. Sans parler du couvre-feu à 18 heures. Quand vous rentrez, que vous allez récupérer vos enfants à 17h30, vous n'allez pas faire les courses après", analyse le délégué général de la FCD, invité du Grand Journal de l'Eco.

Le report de deux semaines de la fin des soldes a selon lui permis "un renouveau les deux derniers week-end car il faisait beau". Pour autant, ce n'était pas non plus "le moment idéal pour acheter des vêtements d'hiver".

Quant aux aides prévues par le gouvernement pour les commerçants dont les magasins installés en centres commerciaux ont été fermés, Jacques Creyssel juge que "ce n'est pas encore très clair". "On n’est pas dans la mesure simple qui avait été prévue au départ", affirme-t-il.

Aujourd'hui, "23.000 magasins sont fermés". Un bilan qui pourrait s'alourdir si des villes venaient à prendre de nouvelles mesures plus restrictives pour faire face à l'augmentation du nombre de cas, à l'image de Nice et de Dunkerque où le seuil de 20.000 m2 de surface commerciale a été abaissé à 5000 m2, poussant de nouveaux commerces à la fermeture.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech