BFM Business

Heinz : un délit d’initié à l’occasion du rachat ?

La Sec soupçonne un délit d'initié autour du rachat de Heinz, dans lequel un des acquéreurs serait impliqué

La Sec soupçonne un délit d'initié autour du rachat de Heinz, dans lequel un des acquéreurs serait impliqué - -

Selon la presse américaine vendredi 15 février, le gendarme boursier américain mène une enquête sur des transactions "inhabituelles" intervenues la veille de l’annonce de l’acquisition de Heinz.

Le rachat de Heinz par Warren Buffett a-t-il été entaché d’irrégularités ? La presse américaine évoque ce vendredi une enquête de la Security and Exchange Commission, le gendarme de la bourse outre-Atlantique, sur des transactions "inhabituelles" sur le marché des options la veille de l'annonce du deal.

Plus de 2 500 contrats auraient été achetés en l’espace d’une heure seulement, mercredi, sur le marché des actions, affirme l’agence Bloomberg. Un chiffre bien supérieur aux 14 opérations de la journée précédente.

L'investissement, de 92 000 dollars s'est transformé en moins de 24 heures en un joli pactole de près de 2 millions de dollars juste après l'annonce du rachat de Heinz. Traders chanceux ou malversation, la Sec a décidé d’examiner le dossier.

L'un des acheteurs déjà mis en cause dans une affaire similaire

Rien d’étonnant en soi : le gendarme boursier a pour habitude de mener des enquêtes de routine après chaque opération importante à Wall Street. Ce qui ne donne pas forcément lieu à des poursuites.

Mais cette fois, selon le New York Times, le régulateur devrait se montrer plus tenace en raison du passif de l’un des acquéreurs, le fonds 3G Capital. Des mouvements suspects avaient déjà été observés avant l’annonce de sa reprise de Burger King en 2010. Un investisseur de 3G avait alors été directement mis en cause...

Sabrina Quagliozzi