BFM Business

Gaspillage alimentaire: la grande distribution s'engage

Ségolène Royal a réuni les acteurs de la grande distribution pour répondre à la problématique du gaspillage alimentaire. (image d'illustration)

Ségolène Royal a réuni les acteurs de la grande distribution pour répondre à la problématique du gaspillage alimentaire. (image d'illustration) - AFP

En convoquant ce jeudi les représentants de la grande distribution, la ministre de l’Ecologie s’est fixée pour objectif de les contraindre à s’engager davantage dans la lutte contre ce qu’elle appelle un "fléau insupportable". Ces derniers ont signé l'accord.

Alors que le Conseil constitutionnel avait fait disparaître cette thématique de la loi sur la transition énergétique, Ségolène Royal s'est à nouveau saisie de la question du gaspillage alimentaire. Et a décidé de "mettre la pression" sur les acteurs concernés, quitte à froisser certains noms de la grande distribution. A l'issue de la table ronde entre ces distributeurs et son cabinet, la convention d'engagements volontaires présentée par les services du ministère a été signée par toutes les enseignes. 

Des différents acteurs impliqués, c'est la famille Mulliez qui s'est montré le plus enthousiaste à l'idée d'un texte qui encadre des pratiques variables d'un magasin à l'autre. Dans un communiqué adressé à l'AFP, le groupe Auchan "se réjouit de l’initiative prise par la ministre de l’Ecologie. Auchan est pleinement favorable à cette approche pragmatique".

Une félicité également partagée par le groupe Casino (enseignes Géant, Franprix, Monoprix, Leader Price) et Carrefour. Les deux groupes avaient annoncé qu'ils signeraient la convention proposée par le ministère. 

La ministre ? "Elle fait son cinéma"

Echaudé par la croisade menée par Ségolène Royal, Michel-Edouard Leclerc, patron des hypermarchés du même nom, estimait pour sa part que la ministre de l'Ecologie se servait de la grande distribution et du gaspillage alimentaire pour mener un énième coup médiatique. Ségolène Royal "fait sa rentrée sur le dos de la grande distribution" selon lui. Au micro d'Europe 1, il poursuit : "je ne conteste pas le droit de faire son cinéma, mais la grande distribution est déjà assez exemplaire dans sa lutte contre le gaspillage". 

Une position partagée par Serge Papin, le PDG de Système U. Le 18 août dernier, au micro de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV, ce dernier s'était interrogé sur les motivations de la ministre : "mais qu'est ce qui lui prend là à Ségolène Royal ?". Après avoir rappelé que "la grande distribution est le premier contributeur aux banques alimentaire" et que la part de ses activités dans le gaspillage alimentaire est de "seulement 7%", Serge Papin avait conclu son intervention en appelant la ministre à "organiser et financer la logistique des associations" bénéficiaires de produits retirées de la vente. 

Antonin Moriscot