BFM Business

Fly, Atlas, Crozatier placés en redressement judiciaire

Fly et les autres marques du groupe cherchent des repreneurs.

Fly et les autres marques du groupe cherchent des repreneurs. - Jean-Sébastien Evard - AFP

Mobilier européen, propriétaire des magasins d'ameublement Atlas, Fly et Crozatier, a été placé, ce 17 septembre en redressement judiciaire.

Le numéro 4 de la vente de meubles en France, qui emploie 3.800 personnes, faisait l'objet depuis juin d'une procédure de sauvegarde qu'il comptait mettre à profit pour trouver des partenaires et éventuels repreneurs pour ses marques et magasins.

Devant le juge de la chambre commerciale du tribunal, le directeur administratif et financier de Mobilier européen, Nicolas Finck, a présenté une offre de reprise à l'initiative de cadres dirigeants du groupe, pour une quarantaine de magasins Fly, a précisé une source.

Manifestions de colère

Plusieurs membres de la direction, dont le coprésident de Mobilier européen, Philippe Rapp, avaient fait le déplacement au TGI de Mulhouse pour appuyer leur demande de redressement, tandis qu'une centaine de salariés du groupe ont manifesté leur colère mercredi matin devant le tribunal.

"Au total, entre 800 et 900 emplois sont menacés", a révélé Philippe Rapp dans un entretien paru mercredi dans les Dernières Nouvelles d'Alsace. "Sur les 101 magasins que nous exploitons en France, 57 font l'objet d'une ou plusieurs offres", soit 1.211 salariés, a-t-il précisé.

Mobilier européen a reçu à ce jour 12 manifestations d'intérêts dont aucune ne constitue une offre de reprise ferme, les candidats ayant jusqu'au 7 octobre pour remettre des offres engageantes et jusqu'au 24 pour les améliorer. Leur examen par le tribunal est prévu le 29 octobre.

D. L. avec agences