BFM Business

Flambée de l'énergie: de moins en moins d'offres alternatives d'électricité et gaz

Pour se protéger de la hausse des tarifs, le conseil est d'aller regarder la concurrence. Mais les opérateurs alternatifs sont également étranglés.

Le nombre d'offres de gaz et d'électricité proposées aux Français par les fournisseurs est en chute en raison des prix de marché élevés, selon les chiffres du Médiateur national de l'énergie.

Son comparateur comptait encore 39 fournisseurs proposant des offres pour les particuliers le 22 septembre. "Ils sont maintenant moins de 30", ont expliqué mercredi les services du Médiateur à l'AFP.

"Actuellement, certains gardent leurs clients, mais ne proposent plus d'offres provisoirement à cause des prix de marché élevés", souligne-t-on.

"Deux fois moins d'offres que cet été"

"Il y a deux fois moins d'offres que cet été (une cinquantaine en électricité, une trentaine en gaz contre le double auparavant)", poursuit-on chez le Médiateur.

Les cours ont flambé sur les marchés de gros de l'électricité et du gaz, renchérissant l'approvisionnement pour les fournisseurs.

Mais ces derniers ne peuvent pas toujours augmenter leurs prix de vente. Dans le gaz, de nombreuses offres sont notamment indexées sur les tarifs réglementés d'Engie, qui ont été gelés cet hiver par le gouvernement.

Dans le comparateur du médiateur, des fournisseurs ont dépublié certaines de leurs offres (celles indexées sur les tarifs réglementés du gaz notamment mais aussi les offres low-cost 100% en ligne), voire toutes. "Certains ont modifié leur prix déjà trois fois en octobre", note-t-on.

Un fournisseur - E. Leclerc Energies - a même prévenu ses clients qu'il cesserait purement et simplement de fournir de l'électricité à ceux n'ayant pas changé de fournisseur le 31 octobre, faute de pouvoir lancer sa nouvelle offre en raison de la hausse des prix sur les marchés de gros.

Bouclier

Dans la situation actuelle, le médiateur conseille de ne pas souscrire d'offre dont les prix sont indexés sur les marchés. Il recommande une offre aux tarifs réglementés de vente (TRV), indexée sur ces TRV ou à prix fixe.

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé fin septembre "un bouclier tarifaire" avec le blocage du tarif réglementé du gaz ces prochains mois et la limitation à 4% de la hausse de celui de l'électricité en début d'année prochaine.

Chez EDF, qui commercialise les TRV pour l'électricité, on note du coup un intérêt plus marqué des clients.

"On observe une hausse des appels dans nos centres de relation client depuis 15 jours mais il est encore prématuré pour en tirer des conclusions sur nos ventes de TRV", indique un porte-parole.

OC