BFM Business

Fast food et livraison ont boosté le marché de la restauration en 2019

-

- - Fred DUFOUR / AFP

Après une difficile année 2018, le marché de la restauration commerciale retrouve des couleurs en 2019, malgré les grèves et les conflits sociaux.

Une bonne nouvelle. Le marché de la restauration commerciale a bouclé une bonne année 2019, aidé par le dynamisme de la restauration rapide et de la livraison, selon le bilan annuel du spécialiste des études de marché NPD Group. Les Français ont dépensé l'an dernier 57,3 milliards d'euros pour manger hors de leur domicile, soit une hausse de 1,7% comparé à 2018, d'après cette étude publiée dimanche. La fréquentation, elle, a progressé de 0,8%.

En 2018, l'activité avait été "en dents de scie", perturbée les jours des manifestations des "gilets jaunes". En 2019, en revanche, la fréquentation a progressé tout au long de l'année: +0,6% au premier trimestre puis +1,2% et +1,5% aux deux trimestres suivants. "Le marché a su tirer parti d'une conjoncture économique améliorée, doublée d'une météo au beau fixe, pour enregistrer de belles performances", commente NPD Group. Et ce en dépit d'une base de comparaison défavorable, la Coupe du monde de football ayant dopé la consommation en 2018.

Au dernier trimestre, la fréquentation est restée stable dans la restauration commerciale "malgré le contexte social perturbé". "Grâce à une hausse des dépenses et de la fréquentation d'avril à septembre 2019, les nouvelles perturbations sociales de la fin de l'année n'ont pas enrayé la croissance globale annuelle", explique NPD Group. "Premier moteur de croissance", la restauration rapide est une hausse de 4,5% en dépenses et 2,6% en fréquentation. Quant à la restauration à table, elle "résiste malgré le recul des restaurants à thème et des cafétérias", grâce aux cafés, bars et brasseries, dont l'activité a été meilleure.

+8,1% pour la livraison de repas

Enfin la livraison de repas affiche "une croissance de 8,1% en visites en 2019". Avec seulement 3% des visites, ce segment "concentre un quart de l'ensemble des gains du marché", souligne Audrey Adnet, en charge de la restauration à domicile en France chez NPD Group. Si elle correspond aux nouvelles habitudes de consommation, la livraison de repas va néanmoins devoir "entamer une mutation pour devenir plus durable et plus recyclable".

"Autre chose a 'boosté' le marché, c'est le hors repas: de plus en plus de consommateurs déclarent avoir consommé dans des moments de pause, et c'est le petit déjeuner qui a été le plus dynamique et représente 13% des visites", indique Audrey Adnet à l'AFP. La restauration hors domicile inclut la restauration avec service à table (cafés, bars, brasseries, cafétérias), la restauration rapide (fastfoods, ventes à emporter/livrées, sandwicheries, boulangeries, traiteurs), la restauration dans les transports et lieux de loisirs (musées), les entreprises et les distributeurs automatiques.

J. B. avec AFP