BFM Business

Face à Amazon, Cdiscount mise sur sa marketplace

Le cœur de la croissance de la plateforme française de e-commerce Cdiscount, face à l'ombre écrasante du géant américain Amazon, repose aujourd'hui sur sa marketplace, assure son directeur général Emmanuel Grenier sur le plateau de BFM Business.

Emmanuel Grenier, directeur général de Cdiscount, était l'invité de l'émission Inside sur BFM Business. Le groupe français est aujourd'hui le premier groupe français et européen de commerce en ligne, mais sa part de marché n'est que la moitié de celle d'Amazon en France. Le groupe a récemment annoncé la constitution d'une alliance européenne de plusieurs plateformes d’e-commerce, pour constituer une 'marketplace' européenne, afin de contrer le poids croissant du géant américain.

"La marketplace, c'est la majorité de notre croissance. À la fois sur les produits, mais aussi sur les services. On s'est lancé sur le voyage, on s'est lancé sur l'énergie, sur le mobile, toutes ces activités-là croissent aussi très rapidement", explique Emmanuel Grenier, observant que 40% de l'activité est aujourd'hui liée à la marketplace. Cette dernière devrait "assez rapidement" représenter la moitié de l'activité du groupe, assure le dirigeant.

Fidéliser le client

"Il y a une règle fondamentale sur la marketplace", c'est d'apporter "toujours plus de possibilités, d'offre et de produits aux clients". "Pendant très longtemps, quand on a fait croître le nombre de produits sur la marketplace, (…) on avait un lien direct entre la croissance du nombre de produits et la croissance de l'activité, la croissance du chiffre d'affaires. Parce qu'il y a toujours quelqu'un en France qui a besoin d'un produit très spécifique et il est important (…) que vous ayez ce produit-là. On oublie souvent que dans le commerce, d'abord on vend des produits, qu'avant le prix, qu'avant la livraison, il faut d'abord avoir le produit", assure le dirigeant de Cdiscount.

Cette règle, avec la croissance du groupe, est cependant moins systématique aujourd'hui. "La corrélation existe toujours, mais quand vous êtes à 50, 60 millions (de références) (…), elle est moins évidente avec le temps (…). En revanche, quand vous avez un produit très particulier que le client cherche, et qu'il le trouve, vous êtes sûr que vous fidélisez ce client", ajoute-t-il.

J. B.