BFM Business

En difficulté, l'entreprise Lapeyre devrait être vendue par Saint-Gobain

-

- - ERIC PIERMONT / AFP

Le spécialiste de l'aménagement paye la nouvelle stratégie de sa maison-mère qui cherche désormais à recentrer ses activités et diminuer ses coûts.

Mise à jour 13h : Saint-Gobain a confirmé, auprès de l'AFP, rechercher des "partenaires" pour Lapeyre. "Nous analysons toutes les options permettant de répondre à cet objectif, notamment l'association avec des partenaires potentiels, qui pourrait concerner tout ou partie du périmètre de Lapeyre", a expliqué une porte-parole du groupe.

Lapeyre, y'en a pas deux ! Mais pour Saint-Gobain, il n'y en aura bientôt plus aucun. Le groupe français s'apprête à céder ce spécialiste de l'aménagement et du mobilier, dévoile Europe 1 qui assure que les syndicats ont été informés le 25 septembre dernier, date du lancement du processus de cession.

Crée en 1931, Lapeyre dispose aujourd'hui d'un réseau de près de 130 points de vente et de 10 usines en France. Mais le groupe peine à se relever d'une décennie compliquée, marqué par une fonte de son chiffre d'affaires. A la fin des années 2000, le spécialiste des portes et fenêtres avait été largement impacté par la chute des constructions et des transactions dans l’immobilier. Il a aussi subi la concurrence féroce des chaînes de bricolage comme Leroy Merlin ou Castorama et des marques plus spécialisées comme Cuisinella pour la cuisine. "Pas assez pointu ou pas assez grand, Lapeyre est entre deux eaux", résumait le magazine Capital en 2014.

Objectif déjà atteint

Depuis, Saint-Gobain n'a pas réussi à relancer Lapeyre, malgré les tentatives de diversification comme Vita Confort, une enseigne censée s'adresser aux personnes âgées ou en situation de handicap.

Pour Saint-Gobain, cette vente intervient à la fin d'un vaste plan de cession de trois milliards d'euros annoncé l'année dernière. Le 1er octobre dernier, le groupe avait déjà annoncé la cession de "K par K", filiale du groupe Lapeyre qui "présentait des synergies limitées" avec le reste du groupe. Pour Saint-Gobain, il s'agissait clairement "d'accroître son profil de croissance et de rentabilité".

Si l'objectif de cessions avait déjà été atteint, fin septembre, avec la vente de Hankuk Glass Industries, son activité de verre pour le bâtiment en Corée du Sud valorisée 240 millions d'euros, le groupe semble donc prêt à poursuivre son grand ménage pour réduire drastiquement ses coûts. Interrogé par Europe 1, Saint-Gobain assure qu'aucun calendrier n'est encore fixé pour la vente de Lapyere, se voulant ainsi rassurant sur les risques de "casse sociale" dénoncés par les syndicats.

Présent dans 68 pays, Saint-Gobain emploie plus de 180.000 personnes et a réalisé un chiffre d'affaires de 41,8 milliards d'euros en 2018.

Thomas Leroy