BFM Business

Elis, le blanchisseur français qui séduit la Bourse

Xavier Martiné, président du directoire d'Elis, était l'invité ce 11 février de Good Morning Business.

Xavier Martiné, président du directoire d'Elis, était l'invité ce 11 février de Good Morning Business. - BFMbusiness

Elis a levé 700 millions d'euros lundi à l'occasion de son entrée en Bourse. Xavier Martiré, Président du directoire, est venu détailler sur BFMbusiness, comment son groupe de blanchisserie industrielle a élargi ses activités à la location de vêtements professionnels, aux essuie-mains et même aux fontaines à eau.

La marque Elis n'est pas connue, mais elle accompagne pourtant la vie de millions de salariés. C'est en effet cette blanchisserie industrielle qui a installé et assure l'entretien d'un million de sèche-mains dans les toilettes des entreprises.

Et son savoir faire en la matière est sans limite: "On est capable d'offrir de l'essuyage coton, des essuie-mains papier mais aussi des sèche-mains dernier cri comme ceux de Dyson", détaille Xavier Martiré, président du directoire de Elis, invité de BFM business ce 11 février, au lendemain de son entrée en bourse. Une introduction qui lui a permis de lever 700 millions d'euros et d'être valorisé 1,49 milliard d'euros. A 10 heures, le titre gagnait 3,15% à 13,41 euros dans un marché en recul de 0,29%.

Le lavage des mains au bureau, à l'usine, l'hôpital ou le restaurant lui a assuré un socle. Mais aujourd'hui, Elis voit plus loin. Son dirigeant est persuadé que l'innovation est partout, y compris dans le quotidien. Elis a ainsi développé toute une palette de services auprès de ses clients.

"Si tout a démarré avec de la blanchisserie à la fin du XIXe siècle, on loue aussi des vêtements professionnels. Chaque matin, 1,3 million de personnes les enfile", s'enthousiasme Xavier Martiré.

Le groupe sait aussi s'adapter aux impératifs économiques du marché. "Nous sommes par exemple très présents dans le marché de la santé, les hôpitaux et les maisons de retraite. Notre grande valeur ajoutée est d'accompagner nos clients à mieux consommer le linge, et même moins de linge, ce qui est une source d'économie", affirme ce polytechnicien de formation.

Le livreur, clé de voûte du système

Elis s'est aussi lancé sur des secteurs où on l'attend moins, comme les fontaines à eau, les machines à café et la lutte contre les nuisibles comme les rats.

"Notre principe: une fois présent chez un client, on essaie de voir tous les services que l'on peut leur proposer. Et ils ont un seul interlocuteur", explique Xavier Martiré. Et celui-ci est bien souvent la personne qui assure la livraison quotidienne de la blanchisserie.

"Le livreur a un rôle essentiel, il ne vient pas que déballer, il est d'abord commerçant, c'est lui qui a la possibilité de signer des services additionnels", poursuit le dirigeant. Un système qui permet d'instaurer une confiance auprès des clients. Mais aussi de valoriser le travail des salariés, qui se voient confier des tâches valorisantes et favoriser la promotion en interne.

Ces recettes ont permis au groupe d'afficher une croissance en continu ces 40 dernières années, même aux moments les plus tendus de la crise. Il affiche aujourd'hui un chiffre d'affaires de 1,5 milliard d'euros et emploie 18.500 salariés, dont 11.000 en France. Elis est présent dans 18 pays, et il est déjà leader au Brésil et au Portugal.

C.C.